MoDem 91
Le blog
modem_91_cantonales_2011Certains doutent de l'intérêt d'un programme commun MoDem Essonne car il y aurait peu de problématiques communes entre les divers cantons de l'Essonne

Je ne suis pas de cet avis et je ne me résous pas à ce que les futurs candidats investis par le Mouvement Démocrate de l'Essonne pour les Cantonales de Mars 2011 puissent partir en campagne sans bénéficier d'un socle programmatique ambitieux élaboré par les militants essonniens du Mouvement Démocrate et sympathisants.

Cet article a été approuvé par le comité éditorial du site. Toutefois, le contenu, comme pour tous les articles du Blog, est de la seule responsabilité de l'auteur et n'engage en rien la position officielle du mouvement démocrate départemental de l'Essonne

Je parle bien d'un socle, auquel chaque candidat pourrait ajouter des mesures répondant à des problématiques locales particulières.

Les compétences du Conseil Général sont assez larges pour qu'on puisse faire valoir notre vision humaniste et la traduire par des propositions concrètes.

Et il est possible de le faire en maîtrisant les dépenses de fonctionnement, en stoppant le saupoudrage des aides et subventions et en effectuant des choix résolus.

Orienter l'action sociale vers les plus défavorisés

L'action sociale doit être orientée en priorité vers les plus défavorisés (par exemple les chômeurs, les travailleurs pauvres, les familles monoparentales, les gens du voyage) :

  • La priorité doit être attribuée à la protection des enfants (maltraitance, atteintes sexuelles, extrême pauvreté, etc..) . Il faut se mettre en capacité de prendre les actions d'urgence nécessaires,
  • L'aide aux handicapés doit être accrue pour compenser les mesures gouvernementales qui ont clairement aggravé les conditions de (sur-)vie des handicapés. Il faut leur apporter une aide financière accrue pour leur permettre de mieux assumer leurs dépenses de santé. Et des mesures devront être prises pour favoriser leur autonomie, notamment en matière d'insertion sociale et professionnelle et de transports.
  • La politique de protection sanitaire doit elle aussi être repensée pour protéger les familles en grande précarité.
  • Des mesures novatrices doivent être instituées pour venir en aide aux parents qui ont des difficultés à assumer leurs responsabilités éducatives. Il peut s'agir de soutien psychologique, d'extraction temporaire d'enfants difficiles, d'une « Ecole des Parents » pour donner les bonnes pratiques.

Favoriser la réinsertion aux dépens de l'assistanat

Nous, humanistes démocrates, considérons que chaque être humain est doté de capacités propres et peut les développer tout au long de sa vie. C'est pourquoi il nous importe de permettre aux bénéficiaires des prestations sociales de recouvrer leur dignité, la confiance en leurs capacités et la bienveillance de leurs proches. Les politiques de solidarité doivent être revues dans cette perspective.

L'action sociale doit être résolument réorientée pour favoriser la (ré)insertion sociale et professionnelle aux dépens de la politique d'assistanat en vigueur. Ceci, grâce à des mesures telles que de nouvelles conditions d'allocation du RSA et des aides jeunes fortement incitatives, le soutien financier à des stages de formation et de remotivation.

Favoriser l'autonomie de chacun

Nous, humanistes démocrates, voulons construire une société où chacun puisse être autonome, moyennant aide pour les plus fragiles. Nous ne voulons pas isoler les plus faibles du reste de la société.

L'aide aux handicapés doit être conçue pour atteindre cet objectif.

L'aide aux personnes âgées doit favoriser le maintien à domicile, avec un soutien financier accru aux dépenses d'aide ménagère et d'aide médicale.

Il faut aussi favoriser la solidarité entre les générations, grâce à des aides aux associations et à des mesures incitant au développement de la co-habitation de jeunes adultes (étudiants ou travailleurs) et de personnes âgées ou de l'accueil de personnes âgées dans des familles. Il faut aussi lutter contre l'isolement des personnes âgées.

Une politique novatrice d'aide au logement

Les ressources du Fonds de solidarité pour le logement et du Fonds d'aide à l'énergie doivent être orientées vers :

  • la création de « logements hyper-sociaux » pour pallier rapidement à l'abandon gouvernemental de toute politique du logement social.
  • la diminution de la précarité énergétique, grâce à des investissements permettant les économies d'énergie. Il nous faut être inventifs sur les mécanismes de financement, par exemple un organisme public pourrait piloter les travaux et avancer les fonds nécessaires puis se rembourser auprès des occupants des logements sur la base des économies réalisées.

Une politique de transports humble mais efficace

L'UMP soutient à fond le projet présidentiel pharaonique de métro automatique, vous savez le Grand double zéro, qui produira ses effets au mieux vers 2025.

Le PS de l'Essonne se contente de scander des motions tonitruantes sur le caractère indispensable et urgent de l'amélioration des transports ferroviaires qui relève en fait de la Région et de l'Etat.

Je crois qu'il vaut mieux agir humblement mais résolument pour améliorer tout de suite la situation en :

  • créant des lignes de bus rapides pour permettre aux Essonniens de faire leurs déplacements domicile-travail au moins sans devoir utiliser leurs voitures.
  • créant des transports à la demande, notamment en milieu rural, pour couvrir les besoins des jeunes, des personnes âgées et des handicapés.
  • promouvant le télétravail à temps partiel auprès des entreprises de la Région, grâce à des campagnes de sensibilisation, des aides aux investissements nécessaires et la création de centres de télétravail, par exemple en milieu rural.

Développer le tourisme rural et fluvial tout en améliorant le cadre de vie

L'Essonne a de grands atouts touristiques : sa proximité de Paris, son patrimoine culturel et historique, son réseau de transports publics bien qu'en cours de dégradation, son environnement naturel.

Mais ils sont insuffisamment exploités.

Il faudrait développer le tourisme rural, grâce à une politique de sauvegarde des Espaces Naturels Sensibles, création d'itinéraires de promenade et randonnée, soutien financier à la création de gîtes ruraux et de centres d'activités sportives et ludiques en milieu naturel.

Il faudrait aménager les cours d'eau et les rives de la Seine et de ses affluents, pour en faire des lieux de promenade et d'activités pour les Essonniens mais aussi pour les touristes.

Orienter l'action économique vers la production locale et la création d'emplois pérennes,

Il est vital de développer et relocaliser les productions industrielles, agricoles, de services et culturelles sur notre département. Il faut donc :

  • Soutenir le commerce de proximité pour qu'il puisse lutter à armes égales contre la grande distribution, abusivement favorisée par le gouvernement actuel. Il s'agit de favoriser la création de groupements locaux de commerces en collaboration avec la Chambre de Commerce et d'Industrie pour faciliter la vie de leurs clients – ce qui pourrait aller jusqu'à réaliser des hypermarchés virtuels ou des comptoirs uniques.
Pour moi, les commerces de proximité contribuent grandement au maintien du lien social dans nos quartiers et nos villages. C'est pourquoi il faut les aider à se développer.
  • Favoriser l'embauche par les artisans ou la création de microentreprises.
Je constate souvent que les artisans sont débordés et délaissent de multiples demandes de petits travaux. Ces demandes peuvent alors ne jamais être concrétisées. Il y a là des gisements d'emplois qu'il faut exploiter par des mesures décidées avec les partenaires sociaux (organisations d'artisans et syndicats des travailleurs) des branches professionnelles correspondantes.
  • Soutenir les TPE / PME

Ouvrir les marchés publics du département aux TPE / PME, créer des structures facilitant la vie quotidienne des TPE / PME : création de pépinières d'entreprise, support technique et juridique, aide à l'innovation, à la recherche et aides à l'exportation.

  • Soutenir les AMAP et l'agriculture biologique

Il faut agir pour passer d'une agriculture intensive et parfois polluante, soumise au joug de la grande distribution ou de la concurrence internationale à une agriculture locale de qualité, respectueuse de l'environnement, rémunérée grâce à une relation de confiance avec les consommateurs. Les restaurants scolaires s'approvisionneront auprès de ces producteurs agricoles.

  • Développer l'économie sociale et solidaire

Développer l'insertion par l'activité économique, favoriser le micro-crédit, créer des franchises solidaires, ... tout cela est à faire en concertation étroite avec les acteurs du secteur.

Une politique éducative et culturelle active pour tous, s'appuyant sur le réseau associatif

Il faut créer des cours de soutien scolaire pour aider les élèves en grande difficulté dans leur apprentissage des fondamentaux et tout d'abord de la lecture.

Il faut utiliser davantage les collèges en dehors des cours dispensés aux élèves, pour effectuer des cours du soir ou du week-end, des activités artistiques et culturelles, des débats publics mais aussi des réunions d'associations. Le taux d'utilisation actuel est beaucoup trop faible au regard des besoins.

Il faut faciliter l'intégration des familles immigrées grâce à des cours de langue et civilisation française.

Il faut réduire la fracture numérique, par exemple en proposant des cours d'informatique appliquée à tous, et plus particulièrement aux familles modestes et aux personnes âgées.

Tout cela se fera en s'appuyant sur le réseau associatif.

En échange d'un soutien logistique et financier aux associations, par exemple en les aidant à accéder aux fonds européens, dont les crédits sont sous-utilisés.

Il faut soutenir les manifestations culturelles, les activités de découverte et sauvegarde du patrimoine.

Il faut mobiliser tous les acteurs dans le domaine du co-développement et de la coopération internationale, notamment au niveau de l'Union Européenne.

Mieux respecter notre environnement et notre cadre de vie

Il s'agit de favoriser les activités de production d'énergies renouvelables, d'agir vigoureusement pour les économies d'énergie et la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Cette démarche sera concrétisée pour toutes les activités directement sous le contrôle du conseil Général (remplacer les véhicules polluants par des véhicules électriques ou hybrides partout où c'est possible, éviter les déplacements inutiles, développer le télétravail à temps partiel, réduire la consommation énergétique des bâtiments et augmenter la part d'énergies renouvelables).

Elle sera fortement encouragée par le Conseil Général auprès des entreprises, des communes et des particuliers en leur fournissant un support technique et en s'appuyant aussi sur les associations environnementales impliquées dans des actions sur le terrain.

Il faut aussi optimiser le traitement des déchets des particuliers et des entreprises industrielles et agricoles, notamment grâce à une communication ciblée et des actions de terrain appropriées.

Enfin, il faut s'opposer à tous les projets gouvernementaux qui dégraderaient notre cadre de vie, s'ils étaient mis en œuvre. Il s'agit de la décharge (inutile en plus) de Saint-Escobille située au-dessus de la plus grande nappe phréatique de France avec un risque de contamination important ou de l'agrandissement du centre de stockage d'hydrocarbures de Cerny. Non ! Le Sud-Essonne n'est pas une poubelle !

Entretenir une relation de confiance et un mode de travail collaboratif avec la société civile

Les modalités de mise en œuvre de chacune des mesures de ce programme seront déterminées après consultation de toutes les parties concernées et en concertation étroite avec les acteurs de la société civile (associations, organisations professionnelles, syndicats de travailleurs, etc..) et avec les collectivités territoriales, quelle que soit leur couleur politique.

Chaque mesure mise en œuvre fera l'objet d'une évaluation, pour s'assurer qu'elle répond efficacement au problème qu'elle est censée résoudre.

Il s'agira d'une double évaluation : une évaluation faite par le Conseil Général et une autre par un collectif des parties concernées. Les modalités d'évaluation seront définies avant la mise en œuvre.

Les résultats de cette double évaluation donneront lieu à un ajustement des modalités de mise en œuvre, voire à sa suspension – arrêt.

Rédigé le 25 Décembre 2010
Patrick Borrot, militant de Lardy
  • Bravo pour cet article et que les valeureux candidats s en inspirent.PPour ma part dans la quatrième circonscription nous soutiendrons la candidature du sortant sur le seul canton renouvelable.Pour résoudre les problèmes évoqués co dessus une seule solution la proximité !! N hésitons pas a être différents et indépendant sans vouloir être a gauche ou a droite mais démocrate s occupant des Essonniens.Reste que comme tu l as écris Cet article a été approuvé par le comité éditorial du site. Toutefois, le contenu, comme pour tous les articles du Blog, est de la seule responsabilité de l'auteur et n'engage en rien la position officielle du mouvement démocrate départemental de l'Essonne.Ce devrai être la position du MoDel Essonne et ce bureau et sa présidente devrai le crier haut et fort!!!

    Raccourci URL:
  • Merci Patrick pour cet article,<br />Je suis tout à fait d'accord avec toi sur l'importance d'un programme essonien et non local (même si cela n'interdit pas dans des tracts de mettre l'accent sur tel ou tel sujet, ou d'illustrer un programme départemental par des exemples locaux).<br />Merci pour ton texte qui permet de rappeler qu'un programme consiste à proposer et non à dénigrer les propositions des autres.<br /><br />Et merci pour la qualité de ton travail.<br /><br />Fabien Micou

    Raccourci URL:

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères