MoDem 91
Le blog

modem91 regionales 2015Les élections régionales de décembre prochain vont constituer une échéance électorale redoutable pour le Mouvement Démocrate.

Le Mouvement Démocrate est confronté à un choix difficile dans le contexte politique actuel :

- Doit-il privilégier la promotion de ses valeurs et de ses propositions en présentant des listes indépendantes quitte à obtenir de faibles résultats et même à risquer le non-remboursement par l’Etat de ses frais de campagne électorale ?

- Doit-il privilégier de larges alliances qui pourraient nous faire gagner des sièges mais aussi mettre en œuvre un programme assez éloigné de nos valeurs et propositions ?

Depuis fin 2013, le MoDem s’est inscrit dans l’opposition et donc dans une logique d’alliance à droite privilégiée si ce n’est quasi exclusive. Bien qu’une  partie des militants n’ait pas manifesté un enthousiasme débordant pour ce changement de cap, les responsables se réjouissent, à juste titre, de l’obtention d’un plus grand nombre d’élus dans les conseils municipaux et communautaires ainsi que dans les conseils départementaux.

Dans la plupart des cas, ces alliances étaient acceptables car elles étaient contractées avec des personnalités modérées pour des élections dont le scrutin est à dominante majoritaire.

Pour les élections régionales, il s’agit d’un scrutin proportionnel à deux tours avec une correction majoritaire. C’est un scrutin qui permet l’expression du pluralisme, même s’il faut obtenir au moins 10% des suffrages exprimés pour pouvoir se maintenir au second tour.

Dans certaines régions où notre assise électorale est faible, le retrait est peut-être la moins mauvaise solution.

Mais dans de nombreuses régions, il est possible de présenter des listes indépendantes et de les maintenir au second tour, tout en étant ouverts à des accords équilibrés avec la droite modérée, forts du résultat du premier tour.

Depuis quelques semaines, la possibilité d’une alliance du MoDem avec Wauquiez et Estrosi se fait de plus en plus insistante. C’est très grave car il s’agit là d’un changement de nature ( il s’agit de personnalités de la droite dure ) et de dimension : ce n’est pas d’une petite ville dont on parle mais de deux des plus grandes régions de France, dont l’une a une forte tradition centriste (rappelez-vous des maires de Lyon jusqu’à Raymond Barre et d’Anne-Marie Comparini dans son combat victorieux contre l’alliance de Charles Millon avec le Front National pour la présidence de la Région Rhône-Alpes en 1998 – 1999). Je suis convaincu que l’alliance avec Wauquiez et Estrosi est un piège mortel pour le MoDem et je vais vous expliquer pourquoi dans la suite de cet article.

Christian Estrosi est l’un des principaux fidèles de Nicolas Sarkozy. Outre les déclarations ici relevées mi 2013, http://www.lesinrocks.com/2013/07/08/actualite/les-pires-declarations-de-christian-estrosi-11407822/

il s’est fait récemment remarquer par la dénonciation d’une « cinquième colonne islamiste », lui valant d’être accusé de plagiat par le Front National mais aussi et plus étonnant par une lettre ouverte à Marine Le Pen pour demander l’exclusion du FN de Marion Maréchal – Le Pen, sa concurrente aux Régionales. Bref, pour éviter de favoriser le Front National, le MoDem devrait s’allier à la droite extrême qui a popularisé les thèses de l’extrême-droite.

De Laurent Wauquiez retenons d’abord qu’il avait été élu député à 29 ans en remplacement de Jacques Barrot dont il était le suppléant suite à la nomination de ce dernier à la Commission européenne, qu’il a été secrétaire d’Etat puis ministre dans les gouvernements de François Fillon et qu’il a été désigné secrétaire général de l’UMP par Sarkozy redevenu président de l’UMP en 2014. Malgré le nom avenant du courant « La Droite Sociale » dont il est le leader à l’UMP, il s’est toujours singularisé par sa volonté de stigmatiser les chômeurs, les assurés sociaux et son attitude très critique envers l’Europe.

Quelques faits d’armes ont contribué à son exposition médiatique :

Comment la plupart des responsables du MoDem dans la région Auvergne – Rhône-Alpes peuvent-ils imaginer pouvoir construire une majorité régionale avec Laurent Wauquiez et sous sa tutelle ?

L’euphorie de pouvoir gagner des sièges et peut-être même des vice-présidences à la Région sans faire l’effort d’une vraie campagne a sans doute gravement perturbé leur jugement.

Ils nous disent qu’une charte a été signée,
http://modem73.lesdemocrates.fr/2015/07/26/charte-pour-le-rassemblement-de-patrick-mignola-et-laurent-wauquiez
contenant des engagements présentés comme très forts (en réalité, à part la sanctuarisation du budget culturel dont l’éventuel non-respect serait difficilement contestable après coup, la plupart de ces engagements peuvent être signés par n’importe qui, et pour les autres, chacun a pu voir comment Laurent Wauquiez s’engageait pour l’Europe et refusait les extrêmes), qu’ils ont négocié la création d’un groupe, l’absence de certains thèmes (islam, mariage pour tous) dans la campagne…

Que fera le MoDem au fur et à mesure que les entorses aux engagements pris viendront ?

Rien car il n’aura plus le temps de mobiliser ses ressources pour réagir ! Voilà le piège !

Mais les conséquences vont bien au-delà des élections régionales dans ces deux régions. Nicolas Sarkozy ne manquera pas de faire valoir que sa stratégie est gagnante puisque la droite dure aura largement rassemblé, jusqu’au MoDem, aussi bien que la droite modérée. Ceci lui assurera un avantage supplémentaire pour les primaires de « Les Républicains »(LR).

François Bayrou a déjà indiqué qu’en cas de victoire de Nicolas Sarkozy aux primaires de LR, il présenterait sa candidature aux Présidentielles. Mais je crois que sa position serait fragilisée par le rappel incessant des accords du MoDem avec LR aux Régionales, [partout : au Nord, au Sud, à l’Ouest, à l’Est et même au Centre] et par les pressions et les tentatives de débauchage qu’exerceraient les sarkozystes sur les bénéficiaires MoDem de ces accords.

Du coup, le retour aux affaires de Nicolas Sarkozy serait grandement facilité. Est-ce l’objectif du MoDem ?

Patrick Borrot
Conseiller national du Mouvement Démocrate
Référent Europe du MoDem Essonne.

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères