MoDem 91
Les circonscriptions
La cathédrale d'Evry

1ère circonscription

1circo_pLa première circonscription composée des cantons de Corbeil-Essonnes-Est et Ouest et d'Évry-Nord et Sud 1ère circo de l'essonne

Parc aux Lièvres« On n’est pas au courant », « On ne sait pas comment ça va se passer », « on est inquiet de ce qu’ils veulent faire », etc. Voici quelques-unes des réactions que l’on a pu recueillir en nous rendant au cœur du quartier du Parc aux Lièvres, en écoutant une fois de plus les préoccupations des habitants.

Défaut d’informations

Le constat actuel sonne comme un désaveu pour la majorité municipale. Et pour cause, lors de la réunion d’avril 2015, promesse avait été faite d’associer les habitants par une information permanente et une prise en compte de leurs doléances. Chaque foyer devait être consulté et relogé en fonction de la volonté des familles. La réalité, c’est que la municipalité a plutôt organisé une parodie de concertation, réunissant quelques dizaines de personnes tout au plus à chacune de ses réunions.

Essonne Habitat, partenaire de fait de la mairie dans ce dossier a bien mené une concertation en ce début 2016, avec 3 mois de retard par rapport au calendrier initialement annoncé (cela devait être fait en octobre 2015), et débouchant sur une procédure de consultation pour le relogement que nous jugeons peu efficace : les 200 personnes présentes, représentant par définition quelques dizaines de foyers, se sont vus proposer de s’inscrire à des rendez-vous avec un prestataire, dans le but d’écouter les doléances des uns et des autres en matière de relogement.

L’angoisse du relogement

Mais cette démarche a de facto été faite pour quelques dizaines de logements tout au plus ! Quid des centaines de foyers restants ? Ceux qui n’ont pu se rendre à la réunion de Janvier 2016 sont laissés pour compte et baignent dans une incertitude faite d’angoisse et d’anxiété.

Ce ne sont pas les seuls. Les quelques riverains ayant d’ores et déjà pris rendez-vous avec le prestataire chargé de recueillir leurs vœux de relogement ne cachent pas leur vive inquiétude. Il faut dire que la méthode utilisée n’est pas très rassurante. Jugez donc : en fonction de son souhait (en principe), la famille se voit proposer un premier logement. S’il ne lui convient pas un deuxième logement est proposé, mais sans possibilité de revenir au premier choix le cas échéant. Et enfin, si ce deuxième n’avait pas non plus les faveurs de la famille en question, alors le troisième logement proposé… serait en fait IMPOSÉ !! Cette méthode nourrit légitimement les plus grandes inquiétudes auprès des riverains, lesquels estiment à raison selon nous, qu’il aurait été plus juste de proposer aux relogés (qui n’ont rien demandé à personne !), 3 logements proches de leurs souhaits, et à partir desquels ils devraient faire leur choix.

Le désarroi des commerçants

L’attitude peu empathique de la municipalité et de ses partenaires révolte tout autant les commerçants dont le sort ne semble émouvoir personne à l’hôtel de ville. Ils s’inquiètent d’abord de la dépréciation programmée de leurs fonds de commerce lorsque les premières vagues d’habitants seront parties. Puis de leur avenir à plus long terme, empreint d’angoisse et d’incertitude.

Nous, Centristes continuerons de suivre ce dossier de très près afin de rappeler l’équipe municipale à ses engagements et responsabilités à chaque fois que cela sera nécessaire.

Alban BAKARY, Conseiller municipal d'Evry, délégué MoDem de la 1ère circonscription

Christiane GOSSET, Conseillère municipale d'Evry, militante MoDem


  • Aucun commentaire sur cet article.

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères