MoDem 91
Les circonscriptions
Parc Naturel Régional du Gâtinais Français, Milly la Fôret : La Halle

2ème circonscription

2circo_pLa deuxième circonscription composée des cantons de Mennecy, Milly-la-Forêt, Étampes, La Ferté-Alais et Méreville. 3ème circo de l'essonne

Les français ont voulu du changement, et ils l’ont eu. Le nouveau Président de la République souhaite, et comment ne pas dire: «comme nous !», moraliser la vie politique et par voie de conséquence, les politiciens. Pour cela, il montre l’exemple, ainsi que son équipe gouvernementale, en baissant leurs rémunérations. A cela il faut dire bravo, rares ont été ces dernières décennies ceux qui ont montré l’exemple !

Mais les habitudes sont difficiles à changer. Le 19 juillet dernier, Charles de COURSON a proposé un amendement dont le but avéré était de soumettre à l’impôt la partie de l’Indemnité Représentative de Frais de Mandat (IRFM) non utilisé à des fins professionnelles. Amendement rejeté par 108 voix contre 24.

Même si devant les caméras nos chers députés se sont montrés modérément enthousiaste, en arrière-plan il en est tout autre. Tous les chefs de groupes parlementaires ont appelé à voter contre. On notera que pour certains sujets, généralement toujours les mêmes, les députés savent se mettre d’accord. Cela est moins vrai quand il s’agit du bien des français!

Des arguments ? ils n’en manquent pas, tous aussi minables que pitoyables !

Pour le député Yannick FAVENNEC, député UMP de la MAYENNE, «Quand on ne cumul pas, que l’on n’a pas une autre activité professionnelle, croyez-moi, on en a besoin».

Donc, pour faire court, un député gagne 7100,15 euros brut par mois (5514,68 euros d’indemnités parlementaire + 165,44 euros d’indemnité de résidence + 1420,03 euros d’indemnité de fonction), à cela s’ajoute 9138 euros brut par mois de «crédit affecté à la rémunération de collaborateurs», dont ils peuvent reverser une partie dans l’IRFM + 6412 euros d’IRFM.

DE QUI SE MOQUE-T-ON?

Les français ont demandé le changement mais l’on se rend compte que nos députés, de droite comme de gauche sont des conservateurs, surtout quand il s’agit de leurs petits intérêts! Pour ces gens-là, la seule politique qui prévaut est: «Au Peuple les efforts, à nous le réconfort!»

Ces mêmes «pôvres» députés qui ne payent pas le train ou l’avion pour monter à Paris ou redescendre dans leur circonscription, quand ils ne sont pas «parachutés».

Savent-ils seulement que pour une majorité des français les frais ne sont pas remboursés ? Que pour eux, cela représente un budget important que d’aller seulement travailler ? La seule chose qu’ils vont être capable de dire c’est que l’on peut les déduire des impôts.

ENCORE UNE BONNE PLAISANTERIE!

Pour gagner 200 euros d’impôt, combien faut-il en dépenser ?

Quand tous ces députés nous parlent de principes républicains, d’égalité, de justice, sortant de leur bouche, cela sonne comme des insultes.

Principes républicains, si c’est de moralité dont ils parlent, alors qu’ils commencent par balayer devant leur porte. Cumul des mandats, mandats électoraux mais aussi syndicaux, avec les indemnités correspondantes.

Egalité, quelle égalité ? Puisque fiscalement ils se refusent d’être les égaux de la majorité des français moins chanceux. Ils suppriment petit à petit les «privilèges» acquis au prix de combats sociaux acharnés et sont outrés du manque d’égalité entre les français, alors qu’eux même pensent créer, dans le futur, une commission qui émettra un avis permettant de statuer sur le bien-fondé de la fiscalisation de l’IRFM (Bruno LE ROUX Président du groupe PS à l’assemblée Nationale)

Justice, comment accepter leurs lois et leur justice puisqu’ils ont le droit d’être condamnés et réélus, devenir ministres et pourquoi pas président? Et quand cela ne suffit pas, ont fait une loi d’amnistie. Que devrait-on dire pour les personnes qui ont fait plus de 3 mois de prison pour des faits bien moins graves et qui ne retrouveront plus jamais de travail dans la branche où ils ont choisi d’exercer? «Tout le monde peut faire des erreurs!» rétorquent-ils. Je suis d’accord, mais que la justice sociale s’applique à tous, à commencer par eux et les erreurs qui font appel à la loi n’auront plus court.

Mes propos seront certainement traités de «populistes», mais ce sont toujours les mêmes qui le diront, ceux qui ont la place ou voudraient l’avoir sans rien changer au système.

Je suis aussi en colère contre le Peuple Souverain qui veut du changement mais ne fait rien pour, ce n’est pas en votant pour les mêmes «bonimenteurs» que les choses changent ! Mais tant que les français voteront aveuglément, par automatisme, par tradition, rien ne changera! Où est donc passé cet esprit critique qui a été tant de fois l’apanage de notre démocratie ? Que veulent vraiment les français ? Qu’attendent-ils vraiment de leurs représentants ? Pour beaucoup, RIEN ! Ils votent par devoir, c’est déjà pas mal. Il serait temps que la conscience collective se réveille et que nos représentants soient sanctionnés sur leurs résultats, leurs promesses, sur leur façon de voter les lois, sur leurs échecs et leurs réussites, sur leur politique. Mais ceci ouvre une attaque sur le mandat multiple.

Gonzalo Delgado
  • Aucun commentaire sur cet article.

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères