MoDem 91
Les circonscriptions
Le Val d'Yerres

8ème circonscription

6circo_p La huitième circonscription composée des cantons de Brunoy, Montgeron, Vigneux-sur-Seine et Yerres.

8circo

faucille rougeIl y a des termes ou des expressions entre lesquels il semble a priori impossible d'établir la moindre connexion.

Et pourtant, la municipalité de Montgeron a réussi –involontairement, on veut bien le croire – à établir un lien entre les expressions « école maternelle », « parti communiste », « URSS », voire « guerre froide ».

Nous sommes en décembre dernier. Les maîtresses de l'école maternelle Victor Duruy ont décidé d'amener les petits au cinéma municipal Cyrano pour qu'ils assistent à la projection d'un dessin animé, Le vilain petit canard. Excellente intention : certains enfants ne sont jamais allés au cinéma, ce sera pour eux une première.

En fait, ce n'est pas un dessin animé, mais cinq petits films d'animation, datant des années 70 ou 80, et issus des studios d'animation de plusieurs ex-pays dits « socialistes ». Certains de ces films d'animation ne sont d'ailleurs pas traduits, ce qui ne pose aucun problèmes aux enfants qui parlent couramment le russe ou le tchèque..

Pas grand-chose à dire jusqu'au dernier, Le Grand loup gris et le petit chaperon rouge.

Et là, dès le début, un choc : le film d'animation commence par un gros plan sur ... une faucille et un marteau, tenus à bout de bras par deux valeureux prolétaires dans une posture très stalinienne. Certaines maîtresses ont failli s'évanouir...

L'histoire racontée était très simple. Le petit chaperon rouge, qui habite Moscou, doit apporter un gâteau à sa grand-mère, qui vit à Paris et ne mange donc pas à sa faim, la pauvre (ça ne s'invente pas, des choses comme ça...). Mais sur le chemin qu'elle doit prendre (donc, forcément, en Allemagne) habite un grand méchant loup gris (c'est la couleur des uniformes de l'armée allemande depuis les années 50). A priori, pas de danger, car le grand méchant loup a eu les dents arrachées et il peut tout juste manger de la purée liquide avec une paille. Mais voilà, sur la base de fausses promesses de se tenir désormais tranquille, le loup (Ach, loup kapitaliste, Gross Filou !) persuade un dentiste aussi généreux qu'inconscient de lui greffer un dentier, un super dentier, même, en acier (des dents nucléaires, peut-être...). Du coup, le loup, n'écoutant que sa nature profonde, avale le dentiste puis tous ceux qui passent à portée de ses griffes... Mais à la fin, ayant trop mangé, il explose et les gentils personnages qu'il avait avalés défilent sous des pancartes marquées du logo pacifiste et en chantant qu'ils aiment la paix, l'amitié entre les peuples, le bonheur pour tous, les CDI pour tous (non, j'exagère...).

Lumière. Les maîtresses sont sous le choc et se demandent si, à la sortie du cinéma, on ne va pas leur imposer une adhésion au Front de gauche.

Bon, tout ceci ne porte guère à conséquence. Les enfants sont contents, et à part quelques adultes ayant une certaine culture politique et historique, personne n'a compris que ce petit film (réalisé en 1990, alors que l'empire soviétique s'apprête à exploser ... comme le loup) était une pure œuvre de propagande, une magnifique relique de la guerre froide finissante...

Mais imaginons un instant...

Nous sommes dans une municipalité UMP, voire Modem, c'est-à-dire tenue par la Réaction capitaliste ultralibérale.

Les enfants de la maternelle vont au cinéma municipal.

L'un des petits films d'animation raconte l'histoire d'un vilain petit canard, dont tout le monde se moque car il n'est pas beau... Le vilain petit canard est intelligent et dynamique, c'est un entrepreneur-né, il invente un truc très utile (du genre : un marteau avec lequel il est impossible de se taper sur les doigts) que tous les habitants du village, de tous les villages, s'arrachent illico. Et le petit canard devient riche, très riche, se fait rectifier le bec, s'achète des turbo-palmes, se fait greffer des plumes de marque Rolex,... La plus belle petite cane du village tombe amoureuse de lui, ils se marient et ont beaucoup de petits canetons...

Que pensez-vous qu'il se passerait ? Le Front de gauche, Eva Joly (certainement grand-mère du petit chaperon rouge, puisqu'elle en a déjà les lunettes) et Cécile Duflot, sans doute aussi Benoit Hamon, hurleraient à l'endoctrinement politique des très jeunes enfants par un film de propagande faisant honteusement l'apologie du système capitaliste ultralibéral de type reagano-thatchérien ! Ils porteraient (ou ils déposeraient une) plainte devant le procureur de la République pour atteinte à la santé mentale des tout-petits et appelleraient à une grande manifestation unitaire (forcément unitaire...) de toutes les forces de progrès (pardon: de Progrès) devant cette mairie tenue par une bande de réactionnaires. Et on devine quels seraient les slogans des banderoles : « L'esprit de nos petits n'est pas à vendre ! », « Non à la recherche effrénée du profit par les connards sauvages », « Il ne faut pas prendre les enfants de Montgeron pour des canards libéraux ! », le tout dans une ambiance quasi révolutionnaire mais néanmoins sympathique et sonore (« Tous ensemble, tous ensemble, oh ! »)...

Allez, il vaut mieux rire de tout cela, tout en conseillant au petit chaperon rouge béarnais de faire attention, sur le chemin de l'Elysée, au grand méchant loup rouge (curieux, « grand méchant loup », ça fait penser à un nom d'homme politique...).

  • Aucun commentaire sur cet article.

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères