MoDem 91
Le blog

Sarkozy raybanLe Conseil constitutionnel a confirmé le 4 juillet le rejet des comptes de campagne de M. Sarkozy en requalifiant 1.7 millions d'euros de dépenses, ce qui provoque le dépassement de 2,1% (un peu plus de 466.000 euros) du plafond autorisé, et décidé en conséquence de supprimer 100% du remboursement forfaitaire de l'Etat, soit près de onze millions d'euros de frais de campagne engagés par l'UMP pour son candidat.

L'UMP a lancé une souscription nationale, que certains internautes ont appelé « Sarkothon ». Je n'y participerai pas. Voici pourquoi.

1) L'UMP a fraudé. Elle doit payer ! Et Sarkozy le premier !
Le rejet des comptes n'est pas lié à une erreur mais à une fraude manifeste. Franchement, les discours de Toulon et Villepinte vous étaient-ils apparus comme ceux d'un chef d'état soucieux de rassembler le peuple français ou comme ceux d'un candidat ne sachant plus à quels expédients se livrer pour tenter de remporter les élections ?
Le Conseil constitutionnel a d'ailleurs confirmé dans son jugement l'absence de sincérité des comptes.
Je pense que les fraudeurs doivent payer, quels qu'ils soient.
Sarkozy évidemment : il a triché, il s'est fait prendre. A lui d'assumer !
Mais aussi l'UMP car personne ne s'était opposé publiquement à cette malversation.

2) L'UMP n'est pas le meilleur rempart contre le FN, c'est son meilleur carburant.
L'argument selon lequel l'UMP serait le meilleur rempart contre le Front National est une contre-vérité. Au contraire, les thèmes utilisés ces dernières années (stigmatisation des Roms et des étrangers plus généralement, ostracisme contre les chômeurs et les pauvres, sacralisation des frontières nationales, l'affaire du pain au chocolat) n'ont jamais autant contribué à la popularité des thèses du Front National.

3) L'UMP n'est pas un parti politique, c'est un simple outil de conquête du pouvoir.
Ce n'est pas un parti politique, dans la mesure où son objet n'est pas l'expression d'une sensibilité politique cohérente. Au contraire, il rassemble des courants qui n'ont rien en commun, sauf à vouloir accéder au pouvoir.
C'est l'occasion idéale pour faire exploser ce monstre politique, généré par la bipolarisation.
Vivement que deux nouveaux partis se créent : - celui de la droite républicaine et morale (Fillon, Juppé, Baroin, Barnier) et celui de la droite extrême (Sarkozy, Copé, Balkany, Peltier).

4) L'UMP est perclus de dettes. Si ce n'était l'UMP, il ne pourrait échapper à la faillite.
La décision du Conseil constitutionnel a mis en évidence que l'UMP a été aussi mal géré que la France. Le bilan du quinquennat de Sarkozy a été désastreux pour la France : les dépenses publiques sont passées de 52% à 57% et la dette s'est accrue de 600 milliards d'Euros.
On sait maintenant qu'en Juin 2012, l'UMP a dû emprunter 55 millions d'euros auprès des banques en leur promettant de rembourser en cinq ans (qui peut le croire ?) alors que son budget annuel est désormais d'un peu moins de 20 millions d'euros.
Tout se passe comme si sûrs que personne n'oserait prononcer la faillite du principal parti d'opposition, les responsables de l'UMP avaient décidé de vivre à crédit perpétuellement.

5) L'UMP fait appel à la générosité au nom de la sauvegarde du pluralisme, alors que ses responsables n'ont fait que le mettre en péril, lorsqu'ils étaient au pouvoir.
L'UMP a été créée pour renforcer la bipolarisation dans le système politique français.
Ses responsables n'ont eu de cesse de s'attaquer au pluralisme, lorsqu'ils étaient au pouvoir. Qu'il s'agisse de celui des partis en faisant pression sur les députés centristes et leur promettant la défaite électorale s'ils ne se ralliaient pas. Celui de la télévision publique en s'arrogeant le droit de nommer directement leurs responsables, ou encore celui de la presse en favorisant les medias détenus par les milieux économiques conservateurs.
Et maintenant, ils voudraient que les Français fassent des dons à leur parti au nom du pluralisme. C'est se moquer du monde !

Pourtant, j'aurais pu participer à cette souscription nationale en faveur de l'UMP comme de tout autre parti que le mien s'il s'était agi d'une erreur et pas d'une fraude, si l'UMP ne s'écartait pas du cercle républicain, si son seul objectif n'était pas la conquête du pouvoir à n'importe quel prix, si ses responsables n'étaient pas d'aussi piètres gestionnaires et si l'UMP ne s'était pas autant attaqué au pluralisme.

Plutôt que de participer au Sarkothon, versez un don à mon parti, au bout du lien
https://guepar.mouvementdemocrate.fr/Adhesion/don-new.html
Votre argent sera beaucoup mieux utilisé.

Patrick Borrot
Militant de Lardy

P.S : Ce billet ne reflète que l’opinion de son rédacteur.

  • Tu as oublié a générosité dont a fait preuve l'ancien président, il a versé de ses propres deniers 7500 euros. A ce cher président, qui se vantait de faire quelques conférences à 100000 euros chaque, quel générosité ! Aurait-il aussi oublié les cadeaux offerts pendant son quinquennat et dont il aurait du rendre intégralement à l'état ? Un superbe appartement au Qatar, au Maroc, j'en passe et des meilleurs..... Il trouve anormal qu'il y ait une justice à deux vitesses, il a raison ! Le conseil d'état avait en son temps invalidé les comptes de Balladur et Chirac, mais Roland Dumas n'avait pas donné de suites car "on invalide pas les résultats d'une élection présidentielle". Et pour se faire, le président ........ Sarkozy a durci les règles. Mais voilà, le citoyen Sarkozy n'a pas été réélu et ses comptes de campagne ont été invalidés avec les règles qu'il a lui même fait voter. Ironie du manque de visibilité politique à long terme du personnage. Et remettons-en une couche supplémentaire, n'est-ce pas lui qui a fait nommer le très chiraquien Debré au poste président du conseil d'état, pour ne pas l'avoir dans les pattes ? Non, décidément, justice à deux vitesse ! La seul chose qui me semble probable, cela n'engage que moi, c'est qu'il pensait bien être réélu et ainsi faire table rase des dettes contractées pendant cette campagne. Il a déjà bafoué à plusieurs reprises les règles de la République, alors une de plus ou une de moins....... Aujourd'hui j'aurai envie de dire, que depuis Chirac, nous n'avons plus de président représentatif de nos valeurs ni a la hauteur des enjeux, de plus, ils n'en ont pas eu la stature ni la carrure ! Mais ce n'est que mon opinion !

    Raccourci URL:

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères