MoDem 91
Le blog

feux_russieLes incendies en Russie ont ravagé nombre d’hectares de champs de blé incitant les dirigeants du Kremlin à mettre en place un embargo sur les exportations.

Rien de bien étrange à cette réaction qui ne devrait pas avoir de conséquences majeures sur l’économie agricole mondiale, le niveau des silos à grains à travers la planète n’ayant jamais été aussi élevé.

Pourtant à quoi est-on entrain d’assister ?

À une flambée des prix sur le marché, une hausse des cours du blé dépassant les 60% alors même que rien ne la justifie !

Rien, à part l’appétit aiguisé des prédateurs de fonds d’investissement gérés par les grandes banques occidentales qui envoient un message alarmant sur la possibilité d’une pénurie, spéculent et font monter artificiellement les prix des céréales.

Les conséquences pour le citoyen lambda risquent d’être d’importance puisque le prix d’achat de ces dernières augmentant (pas seulement celui du blé, le maïs ou l’orge par phénomène de ricochet aussi), les éleveurs payent plus cher pour l’alimentation de leurs bétail et les prix de la viandes et de la volaille risquent d’augmenter sérieusement d’ici la rentrée en plus de ceux du pain!

A qui profite le « crime » ?

Essentiellement aux traders qui continuent de jouer comme si de rien n’était au sein d’une économie ou règne toujours le capitalisme sauvage.

Pourquoi se priver puisque les banques n’ont pas changé leurs habitudes et que nos gouvernants ne sont pas capables, ou pire, ne souhaitent pas prendre de mesures contraignantes afin de réguler les marchés. Les résultats financiers des banques et fonds d’investissement seront donc encore plus provocants de « bonne santé » alors même que l’inflation risque de repartir et donc que les consommateurs en bout de chaîne verront leur pouvoir d’achat amputer un peu plus encore dans cette période de crise.

On peut se demander à quoi ont servi les gesticulations de notre cher président lors des derniers G8 et G20. Ou est passé le nouvel ordre économique mondial promis qui devait mettre fin à ce pouvoir absolu des grands groupes financiers ?

Existe t’il encore aujourd’hui un réel pouvoir politique ou celui-ci est il totalement soumis au pouvoir économique ?

Pourquoi ce silence assourdissant de Mme Lagarde et de Mr Sarkozy (qui lui est semble t’il est beaucoup plus prompt à réagir sur d’autres sujets que sur celui de la régulation des marchés financiers gérés par ses amis) ?

L’exemple de cette « crise » artificielle du blé, outre l’effet papillon constaté, n’est il pas un révélateur de l’inconséquence (volontaire ?) de nos dirigeants ?!

Dimitri Tchoreloff

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères