MoDem 91
Le blog

modem 91 blog Editorial natJean Claude MIGNON, député-maire de Dammarie-lès-Lys a été élu Président de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), le 23 janvier dernier. Il succède ainsi au député turc Meviut Cavusoglu et devient le 26ème président de cette Assemblée. C'est le premier Français à cette fonction depuis 26 ans. Son élection met la France à l'honneur dans cette assemblée et c'est la reconnaissance du travail et d'une implication de longue date de ce parlementaire au sein de cette institution.

Le Conseil de l'Europe est né au lendemain de la seconde guerre mondiale alors qu'étaient encore présentes dans toutes les mémoires les images et les atrocités liées à ce conflit. En 1949 une douzaine de pays d'Europe ont fondé le Conseil de l'Europe afin de promouvoir les droits de l'homme, la démocratie et l'état de droit. Aujourd'hui cette institution regroupe 47 démocraties représentant une population de 800 millions de personnes. Le Conseil de l'Europe se compose de divers organes dont l'APCE.

L'APCE est l'organe délibérant et consultatif du Conseil de l'Europe et se compose de 318 parlementaires titulaires issus des parlements nationaux des 47 pays membres. C'est une force politique majeure qui émet des recommandations et donne d'importantes lignes directrices au Comité ministériel du Conseil ainsi qu'aux gouvernements et aux parlements nationaux. C'est un organe fondamental car ces parlementaires font le lien avec les parlements nationaux dont ils sont issus. C'est aussi une diplomatie « parallèle » que l'on pourrait qualifier de souterraine qui tisse des relations entre les états, ce qui peut faire évoluer des situations interétatiques problématiques. Pour reprendre les termes de monsieur MIGNON « La diplomatie parlementaire, sans réaliser des miracles peut faire progresser le dialogue sur des questions où les diplomaties étatiques et les organisations ont échoué. »

Le nouveau président français, avec le comité des ministres et le secrétaire général du Conseil de l'Europe, entend remettre cette institution sur le devant de la scène européenne et internationale. De plus il souhaite consacrer sa présidence à la cause des femmes en Europe et dans le monde.

Pour conclure je dirai qu'aujourd'hui c'est une institution trop méconnue et je porte un grand espoir concernant cette nouvelle présidence, et je partage l'idée qu'il serait souhaitable de rapprocher le Conseil de l'Europe de l'Union européenne pour réconcilier les citoyens avec leur Europe.

Nathalie LAVAUD
Vice-présidente du Mouvement Démocrate de l’Essonne
  • Aucun commentaire sur cet article.

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères