MoDem 91
Le blog

modem 91 blog Editorial eriRythme scolaire, affaires médiatico-judiciaires, c'est assez!


Le gouvernement a-t-il été contaminé par le virus du pouvoir précédent ? Ce syndrome du "sachant autiste" qui se répand en effets d'annonce et ne semble mesurer l'impact des mesures qu'il décide. C'est ce que tendraient à nous montrer les prises de position du Ministre de l'éducation nationale.

Faut-il vraiment "réformer" ou plutôt transformer les rythmes scolaires, surtout de cette façon ? Pourquoi faut-il absolument faire travailler les enfants le mercredi matin ? Pour leur permettre de rentrer chez eux plus tôt et alléger leurs après-midi ? Non, pour accroître de 45 mn la pause méridienne, à rebours ainsi de l'évolution connue par tous les autres pays occidentaux. Que propose-t-on aux élèves pendant 2h15 ? De faire du sport sur la digestion ou pour les externes de regarder 45 mn de plus la télévision ? Et alors que cette réforme divise, oppose les enseignants à l'opinion qui les juge corporatistes, une nouvelle mesure est annoncée : le zonage et la réduction des vacances estivales. On sera ainsi champion de l'OCDE pour le nombre de semaines de cours. Est-ce le but ? Pendant que le principal syndicat de professeurs des écoles réclame de pouvoir travailler sur le rééquilibrage des semestres ou que la PEEP voudrait qu'on reconquière le mois de juin dans les établissements secondaires qui tendent à libérer très tôt leurs élèves afin de pouvoir organiser les épreuves du Bac voire du Brevet, le Ministre sort du chapeau une réforme bien plus spectaculaire : la fin des vacances d'été. Sans doute l'opinion se dit-elle : enfin les enseignants vont se mettre à travailler plus ! Mais il devrait alors s'agir de gagner plus puisque le salaire des enseignants demeure toujours calculé sur la base de dix mois, les deux mois estivaux étant de fait des congés sans solde imposés. A-t-on évalué l'impact budgétaire d'une telle mesure ? Sans doute pas plus que les perturbations occasionnées par la semaine de cinq jours sur le travail des personnels d'animation périscolaire ! Où sont les études d'impact ? Qui s'en soucie ?

Pendant que nos dirigeants expérimentent les théories de brillants pédagogistes sur nos enfants, l'affairisme ne cesse de gangréner la vie politique. Du supposé compte en Suisse et la démission consécutive de Jérôme Cahusac aux nouveaux rebondissements de l'Affaire Sarkozy-Bettencourt, le citoyen ne manque pas d'occasion de s'irriter, à tout le moins de nourrir de forts soupçons sur la probité de ceux qui nous dirigent. Plus grave encore, les ténors de l'UMP s'ingénient à briser la séparation des pouvoirs qu'inspira Montesquieu, en mettant en doute l'impartialité des magistrats. En sapant ainsi l'autorité du pouvoir judiciaire, c'est alors aux fondements de la démocratie toute entière que s'attaque ce parti définitivement voué au bonapartisme et à la concentration des pouvoirs par l'Exécutif.

Alors que les politiques théorisent sur l'éducation ou se livrent des guerres médiatico-judiciaires, se préparent aux prochains affrontements électoraux, la crise économique s'aggrave, les tensions sociales s'exacerbent et les formes de délinquance voire de criminalité s'épanouissent, à l'exemple de la récente attaque de voyageurs commise par une bande cagoulée à Grigny.

Il est peut-être temps enfin que réagissent des citoyens plus responsables que cette élite détentrice du pouvoir politique, qui n'est plus que l'image d'une médiocratie plus encore que mediacratie. La défaite de François Bayrou aux dernières Présidentielles n'a pas sonné le glas de l'idéal de démocratie pleinement représentative, de citoyens co-responsables des décisions prises, en un mot d'élévation de la conscience politique de tous ! En ces temps troublés et préoccupants où vous pourrez compter sur le Mouvement Démocrate, réveillons-nous !

Eric Raimond, Vice-Président du Mouvement Démocrate de l'Essonne

  • Aucun commentaire sur cet article.

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères