MoDem 91
Le blog

modem 91 blog Editorial sg

CONGRES DEPARTEMENTAL
DU MOUVEMENT DEMOCRATE ESSONNIEN
17 juin 2015 à EVRY

Mesdames, Messieurs, Pour ouvrir ce premier congrès de la mandature 2014/2017, je tiens à vous remercier de votre présence, nombreuse, en cette soirée de milieu de semaine qui nous oblige à concilier vie familiale et engagement politique. Votre présence conforte l’importance de ce moment dédié aux adhérents et sympathisants.

Le congrès annuel est un temps fort dans la vie de notre Mouvement Départemental. Un temps d’échange, de démocratie directe, où tout participant peut s’exprimer, interpeller sur les actions engagées et proposer des axes de réflexions et de travail de proximité pour le futur proche.

L’année 2014/2015 que nous traversons, est une année d’élections :

- élections internes d’abord, qui m’ont confirmé dans ma fonction de président et qui ont permis un fort renouvellement des membres du conseil départemental en particulier avec l’arrivée de nombreux JDEM. Election d’un nouveau président JDEM, Sourya Zinnoury. Election, pour la première fois, des représentants des élus essonniens Alban et Jean-Philippe. Enfin de nos conseillers nationaux, élus en décembre 2014, Tarik, Sourya, Patrick, moi-même au titre du collège des présidents et la désignation de conseillers nationaux par le national Daphné, Alban, Jean-Philippe, Jean-Paul au titre du collège des élus.

- élections départementales, où nous avons présenté 2 candidatures à dominante MoDem sur Brétigny et ici sur Evry et une candidature en binôme avec l’UMP sur Grigny / Viry-Chatillon. Les efforts engagés pour obtenir ces investitures nous ont permis d’exister dans l’espace politique essonnien et d’être présent sur le terrain. Les résultats sont significatifs : élection d’une conseillère départementale, Sylvie, qui comble une absence de plus de 30 ans, et un score supérieur à 6% sous nos propres couleurs sur Brétigny et Evry.

- élections régionales, sur ce sujet, je laisserai un peu plus tard la parole à notre chef de file Yann Wehrling qui sera mieux à même de vous présenter la situation et de répondre à vos questions et à vos attentes.
Mais sachez tout de même que depuis la réunion thématique du 13 mai, un travail d’expertise, par les adhérents, est en cours pour analyser et pour évaluer les résultats de la gestion des socialistes aux commandes de la région depuis 17 ans. Ce travail a pour objectif final de présenter un projet qui devra répondre aux inquiétudes de nos concitoyens (chômage, formation, organisation territoriale, ….) et au mal vivre des franciliens (transport, logements et autres). L’idée générale est que nos propositions doivent avoir des retombées immédiates sur l’amélioration du quotidien des franciliens et devront aussi mettre en pratique une vision partagée et cohérente du développement de notre région sur les 20 à 30 années à venir, en prenant en compte la loi NOTRe sur les compétences nouvelles des régions, encore en discussion, la loi MATPAM dans le cadre de l’organisation territoriale (intercommunalités, métropole parisienne) et les contraintes du grand Paris Express. Je clos mon propos et je donnerai la parole à notre chef de file juste avant le temps d’expression des adhérents.

L’amorce de l’année 2015 a été matérialisée par la finalisation de l’Union régionale avec une première manifestation, la cérémonie des vœux de début d’année organisée conjointement par les 8 Mouvements départementaux. Je m’en félicite car cette structure je la souhaitais et j’ai œuvrée pour sa concrétisation, c’était le dernier engagement pris lors de la précédente mandature.

« L’Europe » n’a pas pu avoir sa célébration annuelle sur notre département. Pourtant, notre référent, Patrick, avait, avec le bureau exécutif, anticipé son organisation. L’Union Régionale s’est proposée de porter cette manifestation pour consolider son existence mais des éléments extérieurs ont compromis sa réalisation. Une déclinaison locale a eu lieu, ici même sur Evry, grâce à Alban, Patrick et Sourya.

Nos représentants des élus, Alban et Jean-Philippe, ont commencé à mettre en œuvre leur programme, en direction des élus, énoncé pendant leur campagne à savoir, des moments d’échange tous les 2 mois autour d’un petit déjeuner sur un sujet d’intérêt commun et un programme de formation à la carte.

2016, année sans élection pour notre Mouvement, va nous permettre de reprendre un travail de fond avec planification et partage avec les autres départements limitrophes sur le mode du cycle Schuman et la remise en place de séances de coaching.

Notre Mouvement, pour sa pérennité, j’ai toujours affirmé que les municipales 2014 seraient de grande importance car elles fourniraient un grand nombre d’élus issus des acteurs qui sont à la naissance du MoDem « canal historique », celui du centre indépendant, de l’incarnation de la 3ème voie. Ces adhérents primitifs, pris dans l’engouement et l’espoir de 2007, sont devenus, au fil des années, des acteurs politiques dans leurs communes, ils sont la base, le socle du MoDem actuel et ils veulent être écoutés et entendus.
Le terme « démocrate » n’est pas qu’un mot ajouté à un autre. Le Mouvement Démocrate mue, certes lentement, mais les mentalités changent et les aspirations s’éveillent autour d’une gestion différente, les programmes proposés lors de l’élection des conseillers nationaux en sont la parfaite illustration.

Par ailleurs, je vous disais, lors du congrès 2013, que « nécessité faisant loi », il serait indispensable, pour les élections à venir, d’établir une plateforme commune de travail avec l’ensemble des partis qui se revendiquent des mêmes valeurs sans engager pour autant notre indépendance, gage de notre existence. Cette stratégie portée en Essonne nous a ouvert la voie aux fonctions d’adjoint aux maires, de conseillers municipaux avec délégation et dernièrement de conseillère départementale, élue avec l’UMP, mais siégeant dans un groupe autonome MoDem/UDI.

Mais nul besoin d’être un expert pour apercevoir que le futur proche s’annonce tumultueux.

Le dernier trimestre 2016 et le premier de 2017 seront des temps de grande incertitude politique où les deux « grands courants, mesdames gauche et droite » vont s’entredéchirer dans des primaires, s’opposaient frontalement par dogmes caricaturaux et concourir au développement croissant du mécontentement populaire qui encouragera les espoirs des populistes.

Notre Mouvement se devra d’exister dans cette tempête médiatique. Nous aurons l’obligation de créer les conditions nécessaires à notre visibilité et à notre crédibilité. Notre survie sera en jeu.

Notre Mouvement, depuis 2007, a subi bien des remous, des fractures, des déchirements pour conserver son ADN. Notre Mouvement s’est adapté aux contraintes politiques et économiques pour se maintenir et rebondir à travers les élections municipales et départementales.

Mais, à chaque fois il faut remettre l’ouvrage sur le métier. L’indépendance et la défense de nos valeurs ont un coût. Nous allons devoir, une nouvelle fois, affronter les éléments contraires et naviguer au plus près pour passer le cap des prochaines échéances électorales.

Avant de clore mon discours d’introduction et de passer au point suivant de l’ordre du jour, je veux remercier :

  • Alban et la section d’Evry pour l’organisation de ce congrès,
  • le bureau pour son implication et sa disponibilité,
  • les membres du conseil départemental pour leur assiduité et leur participation
  • notre webmaster et les « auteurs » pour leur opiniâtreté à faire vivre et animer notre site internet et de notre newsletter.
  • et enfin, l’ensemble des adhérents qui œuvre au quotidien pour valoriser l’image de notre mouvement.

Je vous remercie encore une fois de votre présence et je déclare le congrès ouvert.

Serge GAUBIER
Président du MoDem 91

  • Aucun commentaire sur cet article.

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères