MoDem 91
Le blog

modem 91 blog Editorial orlLe dernier trimestre de 2011 connaît de fortes secousses financières notamment en Europe avec le rebondissement de la dette souveraine Grecque. La France est inquiète concernant son triple A, le gouvernement est contraint d'amender son budget 2012 et de revoir sa copie sous l'angle de la rigueur. Toute cette tourmente financière ne doit pas nous faire oublier les problématiques concrètes qui pèsent sur notre département de l'Essonne. Aussi allons nous effectuer un coup de projecteur sur la circulation aérienne.

Au préalable, je tiens à souligner les problèmes environnementaux posés par la circulation aérienne, que ce soient les pollutions chimiques ou les nuisances sonores. En effet la circulation aérienne a une influence sur la pollution atmosphérique car les polluants émis par les moteurs aéronautiques sont les mêmes que ceux qui sont d'origine automobile. Les oxydes d'azote, les particules fines P M 10 et P M 2,5 ont de sérieux impacts sur la santé, et à long terme, cela favorise des problèmes au niveau respiratoire, ou même peuvent être à l'origine de mort prématurée. Pour l'heure, les nuisances sonores sont celles qui sont perçues par les populations survolées, et un déplacement de trajectoire fait l'objet de polémiques. C'est le cas actuellement dans le sud de l'Essonne pour les arrivées des avions en provenance du Sud-Est et à destination de l'aéroport de Paris Orly en configuration de vent d'Est. Sur cette question, il appartient à Madame le ministre Nathalie Kosciusko-Morizet de prendre un arrêté pour entériner ce changement de trajectoire. Ce déplacement vers le sud d'un couloir aérien provoque des nuisances sur de nouvelles populations ; cela ne nous paraît pas une solution souhaitable, et nous demandons d'approfondir la question. Cependant il semblerait que la mise en application de cette nouvelle procédure se ferait le 17 novembre...

modem_91_blog_Editorial_sgDepuis 2002, François Bayrou alerte l'opinion publique des dangers que représente l'escalade perpétuelle de notre endettement. Son dernier livre « état d'urgence » nous en explique les conséquences pour notre pays et notre devenir si nous n'en prenons pas la dimension.

Le président du modem a-t-il le tort d'avoir eu raison le premier ? Dés la campagne de 2007, François BAYROU avait en effet placé au cœur de sa campagne présidentielle la question de la dette publique. Mais l'adage « le cœur à ses raisons que la raison ne connaît pas » porte encore sa vérité.

Les français ont préféré la vision idyllique « du travailler plus pour gagner plus » en ces temps difficiles à la prophétie des efforts à engager à la réduction de la dette.

La crise financière que nous subissons prend ses racines dans le discours démagogue entretenu depuis plus de trente années de gouvernance gauche/droite et la déréglementation des activités financières.

Le PS et l'UMP ont réussi le tour de force de faire fructifier la dette jusqu'à un montant de 1700 milliards d'euros soit 84% du PIB de notre pays. Ils sont coresponsables de cette situation alarmante et dangereuse pour le devenir de notre pays.

Ce constat accablant impose un objectif de réduction des déficits à tous les candidats à l'élection présidentielle. Chaque candidat espérera tirer partie d'une posture de président « responsable ». Ils appelleront à la fois à réduire le déficit budgétaire, à ménager des possibilités de croissance et à répondre à l'exigence de justice sociale.

Ils évoqueront l'exigence de vérité pour nous annoncer une augmentation des taxes et impôts. Alors que le véritable courage, c'est de diminuer les dépenses publiques à la même vitesse que le déficit et d'engager les réformes nécessaires pour accroître les recettes.

Un des vrais scandales c'est que les grands groupes qui détruisent des emplois en France, en désindustrialisant le pays, paient trois fois moins d'impôts que les PME qui créent l'emploi. La spéculation financière devra être restreinte en taxant fortement les transactions financières. Ces injustices criardes ne peuvent plus perdurer.

Notre mouvement doit être une force d'actions et de propositions. Notre crédibilité n'est pas sujette à caution, les faits actuels nous donnent raison. Seulement avoir raison n'est pas suffisant, 2007 est là pour le démontrer. Nous devons avoir la volonté de convaincre du bien fondé de nos constats et la détermination pour persuader notre entourage que nos propositions portent en elles les conditions nécessaires au redressement de notre pays.

François Bayrou propose dans son dernier ouvrage un triptyque d'action PRODUIRE – INSTRUIRE - CONSTRUIRE pour sortir de la spirale de l'endettement, de la déprime qui gagne les classes moyennes et pour redonner un espoir à nos enfants dans leur avenir.

Le courage en politique c'est de dire et d'agir.

C'est pourquoi le MoDem 91 exige que l'Etat intègre dans le cadre du marché public des tablettes numériques destinées aux étudiants, les entreprises françaises. La procédure en cours est gérée par l'opérateur Orange qui ne propose en constructeur qu'Apple ou Samsung, entreprises étrangères. Pourtant une entreprise française établie dans la zone industrielle de Courtaboeuf 91, l'entreprise Archos, PME dont les produits sont conçus et développés en France et répondant aux exigences de l'appel d'offre en est exclue (voir la tribune de Nicolas Méary à ce sujet).

La ré-industrialisation nécessaire à notre pays passera inévitablement par les marchés d'Etat. Les appels d'offres publics auront l'obligation de consulter les entreprises françaises qui présentent les critères nécessaires pour soumissionner.

Serge Gaubier
Président du Mouvement Démocrate de l'Essonne
modem_91_blog_vote_CN

Le président du Mouvement Démocrate de l’Essonne félicite l’ensemble des nouveaux élus au Conseil National. Il salue les nombreuses listes présentées à nos suffrages. Ces dernières traduisent la vitalité démocratique de notre mouvement.

Plusieurs Essonniens se sont portés candidats et nous les remercions de leur engagement militant.

A l'issue de la publication des résultats, notre département est donc représenté par quatre membres au sein du Conseil National : trois membres élus Daphné RACT-MADOUX, Jean François VIGIER, Eric VALAT et un membre de droit, le Président du MoDem91.

Ils siègeront au sein du Conseil départemental, contribueront à faire entendre notre voix et à relayer nos propositions au sein des instances nationales de notre Mouvement.

Serge GAUBIER
Président du Mouvement Démocrate de l'Essonne

modem_91_blog_Editorial0911

L'opinion française semble aujourd'hui redécouvrir la morale publique. Redécouvrirait-on que le lien entre morale et politique a été, n'en déplaise à Machiavel, gravé dans le marbre en France lorsqu'on institua, en 1793 puis en 1832, l'Académie des sciences morales et politiques justement ?

Peu furent à s'ébaubir de la double vie de François Mitterrand et d'aucuns furent choqués de ce que Philippe Tesson la révéla. Plus récemment, des rumeurs lancées par Luc Ferry à propos des errements d'un ministre au Maroc aux supposées turpitudes de Frédéric Mitterrand en Thaïlande, où de jeunes garçons furent magiquement transformés en boxeurs de quarante ans, évitant au ministre une enquête ou pire, quand ceux qui furent convaincus de tourisme sexuel écopèrent de la prison en vertu de la loi Toubon. Mais dans l'affaire DSK, une hystérie collective s'est déchaînée. Au-delà des combats communautaristes (Peul) ou corporatistes (le syndicat des femmes de ménage) qui en ont fait un fer de lance, et où la manipulation n'est guère douteuse tant Kenneth Thompson, l'avocat de Nafissatou Diallo, a ostensiblement instrumentalisé ces manifestations, c'est la cause des femmes qui en France était en jeu. Dans la foulée, l'affaire Tron fut déclenchée et le grand déballage du harcèlement que le maire de Draveil - éphémère secrétaire d'Etat aurait exercé sur ses collaboratrices (bien sûr sans aucun lien avec le conflit immobilier opposant Tron à l'Extrême Droite et dont seul l'Express semble avoir parlé !). Tristane Banon put bénéficier d'une plus grande audience afin de parler de ce viol qui agrémenta certaines émissions de télévision et se faire connaître comme écrivaine. Sa mère, Anne Mansouret, qui songea un temps à se présenter à la primaire socialiste, eut également ses apparitions de télévision.

Malgré l'abandon des charges, par le procureur Vance, contre l'ancien directeur général du FMI, on fustige l'oppresseur des femmes, le "prédateur" ou on se contente de dire qu'on ne pourra pas savoir ce qui s'est passé. A l'instar de Marie-Georges Buffet, on pourra ainsi conclure que c'est d'ailleurs très grave pour la cause des femmes. Quelle propension collective à la paresse intellectuelle et à l'absence de limites entre affaire publique et vie privée (je reconnais qu'en l'espèce cette dernière distinction n'est pas aisée) !

Serge_editorialLe 12 décembre 2010, lors de son congrès, le Mouvement Démocrate a décidé d’anticiper le renouvellement de ses instances départementales. Les élections internes se déroulent, pour l’ensemble des départements, en ce moment et jusqu’à fin juin 2011. Cette modification du calendrier avait pour objectif de donner plus de temps aux équipes élues à la tête des Mouvements départementaux pour s’organiser et préparer les élections des 3 ans de leur mandature.

La campagne présidentielle de mars-avril 2012 sera notre premier combat. Nous devrons d’une part réussir à convaincre de la pertinence de nos valeurs d’humanisme, de solidarité et de laïcité et, d’autre part, assumer notre indépendance face aux formations politiques traditionnelles.

Le bipartisme, dans lequel nous cantonnent les pratiques des pouvoirs PS et UMP, détourne sciemment le débat et occulte les vrais sujets de mobilisation tels que l’endettement, l’échec scolaire, l’appauvrissement des classes moyennes, la ghettoïsation urbaine ou la gestion de l’immigration. L’entêtement des dirigeants des grands partis à se référer à leurs « dogmes » les paralyse et les empêche de dégager un rassemblement large des forces vives de la nation pour tenter de résoudre les difficultés auxquelles la France doit faire face.

Quelle force politique peut sérieusement affirmer que seul l’Etat pourra résoudre les problèmes des citoyens, qu’un autre système que celui de l’économie de marché pourra générer du développement, que le libre échange pourra perdurer sans régulation des états ?

De telles affirmations dogmatiques, souvent entendues et mises en pratique, peuvent-elles raisonnablement répondre aux angoisses des français et accompagner positivement l’évolution de la société ? Nous, au Mouvement Démocrate, nous disons NON.

Notre mouvement, à travers François BAYROU, s’engage pour la constitution d’un espace démocrate centriste, indépendant qui se refuse à être inféodé. Le centre c’est dépasser la droite et la gauche pour rassembler autour d’un projet cohérent, du mieux vivre ensemble, en tenant compte des réalités et des difficultés des français.

Notre Mouvement Départemental, par ses adhérents et ses sympathisants, sera présent pour rendre la parole au peuple. Nous soutiendrons des propositions concrètes telles que l’incorporation de la proportionnelle dans le vote de nos représentants à l’Assemblée Nationale et dans les collectivités locales, le referendum pour des choix qui engagent le devenir de la nation, la réduction de la dette publique ou l’exigence d’une éducation de qualité pour l’ensemble des enfants de la république.