MoDem 91
Le blog

modem_91_blogLongtemps cantonnées à la reproduction et aux tâches domestiques, les femmes accèdent progressivement mais de manière inégale à l'éducation, à l'autonomie et au contrôle de leur corps.

La seconde moitié du 20ème siècle a été porteuse de transformations majeures pour les femmes. La liberté de l'avortement et de la contraception, le droit de vote, la parité, la percée des scolarités féminines, la croissance de l'activité professionnelle constituent de véritables brèches. Mais ces conquêtes demeurent inachevées, fragiles, inégalement réparties.

Le droit à la contraception et à l'avortement est absent dans de nombreux pays, et souvent difficile à faire appliquer là où il existe. La place des femmes dans la vie politique reste, en dépit des injonctions en faveur de la parité, réduite à portion congrue. Il y a neuf présidentes et cinq « cheffes » de gouvernement dans le monde, réparties aux quatre coins de la planète. De l'Argentine à la Suisse, en passant par les Philippines et le Libéria, l'accès timide des femmes au pouvoir n'est l'apanage d'aucune aire géographique particulière ou sensibilité politique repérable.

Qu'il s'agisse d'éducation ou de travail, d'importants clivages subsistent. Le taux d'activité des femmes croît en fonction de leur instruction. Or en beaucoup d'endroits, l'analphabétisme constitue toujours un problème massif et massivement féminin. En Asie du Sud, en Afrique subsaharienne ainsi qu'au Moyen Orient, le taux d'analphabétisme des femmes varie de 30 % à 50 %, contre 15% à 30 % pour les hommes. Environ 65 % des analphabètes dans le monde sont des femmes.

Dans les pays développés, en Europe particulièrement, l'essor des scolarités féminines coïncide avec la féminisation massive du salariat. Par exemple, dans l'Europe des 15, les femmes représentaient 30 % de la population active en 1960 et 45 % en 2008. Aux USA et en France, la participation féminine à l'activité s'élève aujourd'hui à 47 %.

Mais lorsque les femmes ont franchi la porte des ateliers et des bureaux, l'égalité entre les sexes n'a pas été au rendez-vous. Situation contradictoire où il y a de plus en plus de femmes instruites, actives, salariées mais aussi, plus de chômeuses, de salariées précaires, de travailleuses pauvres. Les lois sur l'égalité professionnelle se multiplient, mais la résorption des disparités de carrière et des écarts de salaires stagne.

Hors du domaine du travail, bien des questions restent en suspens. A côté des formes familiales diversifiées, des relations de couple transformées, le monopole féminin sur les tâches domestiques demeure stable et imperturbable. Et que penser de la persistance, longtemps ignorée ou niée, des violences faites aux femmes ? Que dire des ravages, toujours à l'œuvre, de la prostitution ? Que faire du harcèlement sexuel et moral qui sévit sur les lieux de travail, dans les espaces publics et dans la sphère privée ? Comment combattre les intégrismes religieux qui oppriment les femmes ? Il n'est pas de pays où ces problèmes soient réglés.

Méconnaître les conquêtes du 20ème siècle serait une erreur, s'en contenter, un renoncement.

  • Aucun commentaire sur cet article.

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères