MoDem 91
Le blog

modem_91_dd2

La Semaine du Développement Durable vient de se terminer autour du mot d’ordre
« Changeons nos comportements ».

Dans le cadre de notre série de publications des extraits du « Projet Humaniste » relatifs au Développement durable, voici le premier extrait qui concerne notre modèle de développement économique, social et écologique durable et la nécessaire modification de nos modes de consommation.

Couv-Le-Projet-Humanist_pVous pouvez consulter notre Projet Humaniste adopté au Congrès d'Arras en décembre 2009, au bout de ce lien :

http://www.mouvementdemocrate.fr/vie-du-modem/projet-humaniste-le-livre-orange.html/

 

Chapitre 1 : Développement économique, social et écologique durable

Ce système est aussi à la source d’une crise écologique.La planète est fragilisée et la préservation de l’environnement est devenue un impératif mondial.

C’est le résultat de systèmes économiques uniquement tournés vers le présent, la consommation et le profit immédiats. C’est pourquoi nous inscrirons dans la Constitution l’obligation de la protection des générations futures, véritable sens du développement soutenable.

Pour créer massivement des emplois et en particulier des emplois verts, l’investissement devra se porter dans les domaines porteurs d’une croissance durable, comme les économies d’énergie et de matières premières, une meilleure éducation, de meilleurs soins de santé…

1-5 Modifier nos modes de consommation

La crise est aussi celle de notre système d'hyperconsommation. Il nous faut apprendre à consommer autrement.

Toute la société de consommation a été organisée sur l'acquisition d'objets puis en cherchant à en augmenter indéfiniment le nombre, aboutissant à la saturation et au gaspillage. Il nous faut inverser les priorités et revenir à une conception qui privilégie l'usage par rapport à l'échange monétaire.

Pour autant, la décroissance n'est pas une solution. Il convient de mettre en place une croissance qualitative qui favorise les conditions de vie. Nous proposons dans cet esprit de modifier les indicateurs de mesure de la richesse afin que les activités négatives (accidents, pollution, embouteillages,...) ne soient plus seulement comptabilisées comme accroissant le produit intérieur brut et la consommation des ménages alors qu'ils dégradent le bien-être.

La consommation équitable qui rémunère correctement les agriculteurs, les artisans et les petits producteurs, doit être fortement encouragée. En réconciliant le producteur et le consommateur, en faisant en sorte que leurs intérêts soient complémentaires et non pas concurrents, elle humanise la satisfaction de nos besoins et l'économie de la vie quotidienne. Dans ce cadre, il est essentiel d’ :

  • inciter les entreprises françaises à afficher la durée de vie des produits, à réduire les emballages au minimum ;
  • encourager la consommation de produits à plus-value sociale et environnementale en clarifiant les labels et en communiquant l’empreinte sociale et environnementale des produits et services ;
  • introduire une éducation citoyenne à la consommation en s’appuyant sur les associations de consommateurs.
Patrick Borrot
Militant de Lardy

  • Aucun commentaire sur cet article.

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères