MoDem 91
Le blog

sdd2014La 12ème édition de la Semaine du Développement Durable se déroule en France du 1er au 7 avril, sur la thématique du « Consommer autrement ». Une bonne occasion pour rappeler que l’Europe est un acteur majeur sinon l’acteur principal dans ce domaine et que le Parti Démocrate Européen veut encore accroître le rôle et les actions de l’Europe dans le domaine.

En effet, c’est depuis le traité d’Amsterdam (1997) que l’Union européenne intègre parmi ses objectifs le principe de développement durable, un "développement qui répond aux besoins présents sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire les leurs".

1) Ce que l’Europe fait pour le développement durable :

L’augmentation de la population mondiale (9 milliards d’êtres humains en 2050, soit +30%) cumulée à l’aspiration des populations des pays émergents à un niveau de vie plus élevé exercent de très fortes pressions sur les ressources naturelles.

C’est pourquoi l’Union européenne a lancé l’initiative phare « Une Europe efficace dans l’utilisation des ressources » dans le cadre de la stratégie Europe 2020 visant à générer la croissance et créer des emplois.

Pour mieux utiliser les ressources, il va falloir innover dans les technologies environnementales, changer nos comportements (limiter les intrants, les produits hors saison, passer à l’économie circulaire et à la consommation partagée), revoir tous nos produits et services (éco-conception, diminuer leur consommation,..).

Ceci va donner un net avantage compétitif à l’Europe et ses entreprises, tout en facilitant l’atteinte d’objectifs liés à la biodiversité et au changement climatique.

Les principaux enjeux de la politique environnementale européenne concernent la lutte contre la pollution de l’air, la lutte contre la pollution des eaux, la gestion des déchets ordinaires et spécialisés (emballages, équipements électriques et électroniques,…), la biodiversité (réseau « Natura 2000 » et stratégie pour la préservation de la biodiversité), la prévention des risques industriels, technologiques et chimiques (règlement REACh pour une utilisation plus sûre des produits chimiques et les directives Seveso, RoHS et biocides) , et les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) qui font l’objet d’une procédure communautaire d’autorisation.

2) ce que nous au PDE voulons faire de plus pour le développement durable :

Notre parti, le Parti Démocrate Européen, a rédigé son manifeste basé sur la refondation de l’Europe. Il vise notamment à redonner à l’Europe les moyens de se recentrer sur l’essentiel et donc de traiter les problèmes de dimension planétaire et de long terme, dont une solution est l’accélération de la transition environnementale.

Pour nous, l’Europe est la bonne échelle pour assurer une gestion crédible des défis énergétiques, environnementaux, climatiques, s’opposer aux dumpings notamment environnementaux et imposer les principes de réciprocité et de clauses sociales et environnementales comme la clef de voute des accords de libre-échange.

Il faut se concentrer sur la défense de la planète et la lutte contre les déséquilibres climatiques. La stratégie Green a été très ambitieuse dans les déclarations mais trop peu efficace dans ses résultats. Les nouveaux objectifs de réduction des émissions, recours aux renouvelables et d’efficacité énergétique pour 2030 doivent être des piliers de la politique européenne d’innovation, d’emploi et de croissance durable, afin d’acquérir un leadership mondial pour affronter la paralysie de l’après-Kyoto et promouvoir nos perspectives économiques.

Il faut passer résolument à l’économie verte, car elle offre beaucoup d’opportunités en termes de croissance et d’emplois. Cela signifie notamment réorganiser nos modes de transport, de production, de construction ; remplacer l’utilisation des énergies fossiles par celle d’énergies renouvelables et rénover les logements pour réduire leurs besoins en énergie.

Il faut renforcer et réformer la Politique Agriculture Commune pour favoriser l'émergence d'une agriculture respectueuse de l’environnement et soucieuse de la qualité, de la traçabilité et de la sécurité alimentaire des produits et de l’empreinte carbone.

Je propose en plus de :

  • Créer une taxe carbone au niveau européen, prenant en compte la diversité des territoires, constituant une nouvelle ressource propre du budget européen.
  • Lancer dès l’été 2014 des programmes ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour impulser une dynamique favorisant le succès de la conférence « Paris Climat 2015 », car c’est un rendez-vous à ne pas rater !

Ce n’est pas au niveau national mais au niveau européen que les objectifs et politiques globaux de développement durable doivent être définis pour deux raisons :

  •  Il faut éviter les distorsions de concurrence entre états,
  • C’est le bon niveau pour traiter des problèmes de dimension planétaire et pour entraîner le reste du monde.

L’Union européenne fait beaucoup pour le développement durable, grâce aux groupes parlementaires Verts / ALE et ADLE / PDE.

Ces objectifs et politiques doivent être déclinés localement en solutions concrètes et c’est surtout au niveau des communes et intercommunalités que les nouvelles équipes nouvellement désignées par les électeurs devront intervenir et faire preuve de créativité mais aussi de réalisme et de bon sens.

Patrick Borrot
Référent Europe du MoDem Essonne
  • Aucun commentaire sur cet article.

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères