MoDem 91
Le blog

modem_91_blogEn m’inscrivant cette année au congrès de notre Mouvement, je n’ai pu réfréner le sentiment de nostalgie qui m’envahit tout à coup.

Je revoyais, je revivais les rassemblements qui avaient marqués les premières heures de mon engagement au MoDem, premier engagement politique de surcroît.

Mai 2007, le Zénith de Paris. Partie seule avec ma petite rose orange agrafée près du cœur, j’osais pour la première fois arborer mes idées dans la rue. Dans la fosse, la chaleur étouffante d’une salle bondée avait fait vaciller un jeune homme, juste devant moi. Rien de grave heureusement, mais ça m’avait troublée. Le Mouvement Démocrate était né et comptait déjà plus de 50 000 adhésions spontanées avant même son lancement. Nous pensions tous alors que la vague orange ne pouvait que s’amplifier.

Décembre 2007, Hall des expositions de Villepinte. Un week-end de congrès. 6 000 participants. Nous avions travaillé puis voté nos textes fondateurs. Une première pour un parti politique français. Dans la file d’attente pour le vote du Président, j’étais parmi les simples adhérents derrière Marc Fesneau, inratable avec sa tignasse orange. Grâce au forum e-soutiens, j’avais covoituré avec deux adhérents de l’Essonne. Je ne savais pas encore que l’aventure des cantonales nous réunirait quelques mois plus tard, deux d’entre nous candidat et suppléante, le troisième concepteur des documents de campagne. Je ne savais pas non plus qu’ils deviendraient des amis.

Mai 2009, Campagne des Européennes. De nombreuses réunions publiques m’ont donné l’occasion de côtoyer nos candidats de près : Fadila Mehal, Jean-Louis Fontaine, Robert Rochefort.

Décembre 2009, Hall des expositions d’Arras. 3 jours de congrès pour finaliser l’écriture du petit livre orange. Sur le quai de la gare du Nord, je devançais de quelques pas Alain Dolium et le précédais en montant dans le wagon sous les lumières des photographes. Nous étions beaucoup moins nombreux qu’à Villepinte, mais nous étions en province. Avec bonheur, j’y retrouvais des amis démocrates de l’Essonne et d’ailleurs. Le score et les événements des européennes n’avaient pas affaibli notre enthousiasme et comme un seul homme, nous avons tous brandi fièrement notre petit livre orange à la fin du discours de François Bayrou.

Après les élections régionales, j’ai voulu faire une pause dont je ne vois toujours pas la fin.

Certes, la campagne a été particulièrement fatigante dans le froid de l’hiver 2009. Mais j’avais l’habitude. Les campagnes nationales et internes, les réunions départementales, locales, un blog, un site, j’étais toujours partante, j’étais toujours présente.

Qu’est-ce qui me faisait me lever aux aurores quel que soit le jour de la semaine ? Qu’est-ce qui avait transformé la timide en suffragette ? Qu’est-ce qui me donnait ce courage pour jongler sans cesse avec travail, famille et engagement politique ? Qu’est-ce qui me faisait investir autant de temps et de moyens dans ce qui n’était que des idées ?

Ce magicien s’appelle François Bayrou. Voilà un homme qui en quelques phrases a fait s’éveiller ma conscience de citoyenne. Comment ? Il avait la conviction qu’au lieu de continuer leur affrontement stérile, les hommes et les femmes de bonne volonté devaient travailler ensemble pour ce qui était le plus important : le bien de tous. Tout simplement. Comme il voulait les rassembler, il s’est positionné entre les deux camps : au centre. Cela m’a semblé d’une telle évidence, que j’ai aussitôt voulu faire partie de ceux qui porteraient cet espoir, avec lui.

En me replongeant dans mes souvenirs de militante, je me suis rappelée de la force qu’il m’avait insufflée. La force d’un homme qui sait où il va et qui sait maintenir son cap, même dans les tempêtes.

Demain, à l’hôtel Marriott, nous serons certainement moins nombreux qu’en 2007, mais nous pouvons être heureux de soutenir un homme qui n’a en rien dérogé à sa ligne de conduite.

Isabelle PASCAL
2ème circonscription
  • Aucun commentaire sur cet article.

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères