MoDem 91
Le blog

modem_91_blog_ba217Début octobre, la CCI de l’Essonne, l’Agence pour l’Economie en Essonne et la communauté d’agglomération du Val d’Orge ont signé des conventions afin de préparer le devenir de la base aérienne 217.

Ce dont nous pouvons nous féliciter est la réponse positive reçue à une partie tant de nos demandes que de celles du collectif des riverains du CEV. En effet nous étions soucieux de ce qui semblait être et la volonté de l’Etat et celle des élus locaux, à savoir que chaque commune gère sa portion de territoire. Nous avons exprimé notre volonté que les projets s’intègrent dans le cadre d’une réflexion globale, en tenant compte des contraintes de l’ensemble du centre de l’Essonne. En effet comment ne pas imaginer que des projets intégrés sur la base aérienne puissent ne pas avoir de conséquences sur une grande partie de l’Essonne, ne serait-ce qu’en prenant seulement en compte les tensions déjà présentes tant en terme de circulations routières que de celles liées aux transports collectifs.

Par contre, la réflexion semble porter essentiellement sur les questions économiques. C’est une donnée importante et nous sommes sensibles à ce sujet. Mais il ne faut pas négliger les autres aspects, notamment ceux liés au développement durable, de même que l’on ne doit négliger l’équilibre précaire de notre département.

Or si la C.C.I. et l’A.E.E. ont des compétences et un rôle important à jouer dans leur domaine respectif, on peut s’interroger sur leur capacité à intégrer l’ensemble des données, sans mettre l’accent sur celles liées à leur spécialité. Bien sûr, il pourra être objecté que les collectivités territoriales, directement concernées, gardent un rôle important à jouer. Cependant la plupart des équipes municipales ont uniquement mis l’accent sur le maintien ou le développement de l’activité économique.

Enfin il est absolument regrettable que la quasi-totalité des collectivités territoriales, communes ou communautés de communes, ont décidé de ne pas associer leur population, à cet enjeu majeur que représente l’avenir de cet espace. Celles-ci ont dit et redit qu’elles n’étaient au courant de rien depuis l’annonce de la fermeture de cette base aérienne, depuis l’été 2008. Tous les élus ont joué la surprise durant cet été 2008. Or Mr Chaudron a précisé que les élus travaillent sur le projet depuis cinq ans, donc avant même l’annonce de cette fermeture.

Si cette manière d’agir ne heurtait pas nos convictions démocratiques, et sous réserve de la véracité des propos de monsieur Chaudron, nous proposerions nos élus pour les Molières !

Fabien Micou
Délégué de la 3ème circonscription
  • Aucun commentaire sur cet article.

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères