MoDem 91
Le blog

fouleDimanche 11 janvier 2015 a été une journée historique : les dirigeants d’une cinquantaine de pays ont répondu à l’invitation du Président de la République et sont donc venus du monde entier manifester leur soutien à la France durement touchée par les attentats terroristes des 7, 8 et 9 janvier 2015, faisant ce jour-là de Paris la capitale du monde.

Mais surtout, après les manifestations des jours précédents, les Français se sont rassemblés en masse pour participer à la Marche Républicaine. Une foule immense et « impossible à dénombrer » selon la Préfecture de Police, a recouvert les rues de Paris en hommage aux dix-sept personnes tuées par les trois djihadistes français. Elle est estimée à plus de 1,6 millions de personnes et donc à plus de 3,7 millions de personnes pour toute la France.

L’attentat contre Charlie Hebdo a provoqué un vrai déclic dans la population française. La liberté de la presse est l’un de nos biens les plus précieux. Elle fait partie de nous, de notre Histoire. Nul n’a le droit de la menacer !

Les Français ont (re)découvert ce qu’était Charlie Hebdo, l’ambiance qui régnait dans ce journal, le respect de la diversité des opinions, des sensibilités. Ces caricaturistes étaient tous très irrespectueux, très irrévérencieux à l’égard de tous les pouvoirs politiques, économiques,  médiatiques, intellectuels, religieux, … mais sans aucune haine, jamais de haine. Et pourtant, depuis la publication de caricatures de Mahomet en 2011, ils savaient leur vie menacée par ces terroristes qui se prétendent de l’islam. Le directeur de publication Charb bénéficiait d’ailleurs d’une protection policière et l’agent de police Franck Brinsolaro affecté à cette protection a été assassiné mercredi.

Pour ma part, je ne lisais pas Charlie Hebdo, comme plusieurs millions de ceux qui ont manifesté cette semaine leur attachement inextinguible à la liberté de la presse, faisant leur le slogan « Je suis Charlie ».

Chacun a aussi appris que la conférence de rédaction de mercredi avait pour objectif de concevoir un numéro dédié à la lutte contre le racisme.

Horreur, barbarie sont des mots lourds de sens mais ils peinent à décrire les actes perpétrés par les 3 djihadistes. Preuve en est le carnage laissé dans la salle de la conférence de rédaction mais aussi les meurtres des policiers et des employés de Charlie Hebdo. Sans oublier le meurtre gratuit de cette policière municipale Clarissa Jean-Philippe à Montrouge ni bien sûr la prise d’otages et les quatre meurtres de l’épicerie Hyper Casher de la porte de Vincennes.

Quatre millions de Français ont consacré leur dimanche après-midi à participer à la Marche Républicaine pour défendre la liberté d’expression, la liberté de pensée et dire Stop à la barbarie. Comme l’a remarqué François Bayrou, les gens ont manifesté « sans aucune hostilité à l’égard de quoi ou de qui que ce soit ». J’ai participé à la Marche de Paris, j’y ai rencontré une foule immense, compacte mais pleine de bienveillance et de fraternité, avec beaucoup d’enfants, beaucoup de femmes, peut-être plus que d’hommes. Beaucoup d’entre eux n’avaient jamais manifesté de leur vie mais étaient venus avec l’insigne « Je suis Charlie ». Une foule en pleine communion, scandant « Charlie ! Charlie ! », chantant La Marseillaise, ovationnant la police ou les pompiers lorsqu’un convoi de leurs véhicules se déplaçait près d’eux pour les remercier des risques qu’ils prennent tous les jours pour assurer la sécurité publique. Un grand moment d’unité nationale, de solidarité collective pour la recherche d’un mieux vivre ensemble et pour la défense des libertés publiques et de la démocratie !

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE ! NOUS SOMMES TOUS POLICIERS ! NOUS SOMMES TOUS JUIFS ! NOUS SOMMES TOUS MUSULMANS ! NOUS SOMMES TOUS CHRÉTIENS ! NOUS SOMMES TOUS FRANÇAIS !

Ce grand moment d’unité nationale ne doit pas être un simple épiphénomène qu’on aura oublié dès la semaine prochaine pour reprendre les affaires comme avant et qu’on ne ressortira que pour la rétrospective de l’année 2015 !

Non, nous devons faire que l’esprit du 11 janvier 2015 perdure ! Nous devons prolonger ce grand moment d’unité nationale. Pour cela, nous devons rechercher plus ce qui nous rassemble que ce qui nous divise. Nous trouverons alors la force collective d’affronter les vrais problèmes.

Ainsi, nous pourrons déterminer ensemble ce qu’il faut faire pour combattre et éliminer le terrorisme, pour affirmer la coexistence pacifique des religions, définir notre politique d’intégration et d’immigration, revivifier notre système éducatif en tant que creuset de nos valeurs, refonder notre vivre ensemble.

Et cette magnifique journée du 11 janvier sera alors une journée historique.

Nous, démocrates, devons agir pour que notre peuple puisse saisir cette occasion unique d’un grand rassemblement national et même européen.

Patrick Borrot
Militant de Lardy.
  • Bravo Patrick, tu résumes non seulement ce que ressentent les Centristes que nous sommes, mais TRÉS EXACTEMENT ce que pense l'immense majorité des Français représentant toutes les confessions, toutes opinions politiques, toutes les classes d'âges. À nousà présent, individuellement et collectivement, de nous organiser pour tendre la main aux "enfants des lieux bannis" (livre du rappeur Rost paru il y a quelques années ed. Laffon) afin de les intégrer dans notre république, mais AUSSI dans nos cœurs et dans nos vies. Eve

    Raccourci URL:

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères