MoDem 91
Le blog

modem_91_blog_debat

Le 30 juin dernier, le groupe de réflexion départemental a organisé une conférence-débat autour du thème de l'éducation prioritaire. Après une introduction consacrée aux problèmes généraux du système éducatif français d'Eric Raimond, professeur de lettres, conseiller départemental et animateur du groupe, Jean-Christophe Nominé, sociologue, professeur de sciences économiques et sociales en lycée ZEP, a présenté une conférence sur l'éducation prioritaire.

Le système éducatif est en panne. Il y a dix ans, on constatait déjà que la baisse de moyens depuis 1991 avait abouti à une diminution des résultats scolaires. Le système demeurait performant pour la moitié des élèves seulement. Aujourd'hui, de diminution de postes en RGPP, au nom d'une introuvable baisse démographique (on estime à 16 000 le nombre de suppressions de postes d'enseignants de lycée pour une hausse de 20 000 élèves !), l'école va mal.

Près de la moitié des élèves sortent de CM2 avec des acquis insuffisants dans les matières fondamentales. Un cinquième des élèves de fin de troisième conserve des difficultés de lecture et plus d'un cinquième sort du système sans qualification ni diplôme.

Les élèves les plus fragiles et les milieux sociaux les plus défavorisés ont fait l'objet d'une attention particulière dès 1982. Les zones d'éducation prioritaires étaient nées. Le tabou de l'égalité républicaine était tombée au nom d'une équité désireuse de corriger, à grand renfort de moyens, des inégalités sociales.

Le dispositif a surtout concerné les collèges. Seuls trois lycées en Essonne ont été classés ZEP. La ZEP peut être cependant contestée en ce qu'elle a stigmatisé des établissements. En conséquence, les enseignants qui y sont affectés, souvent sans expérience préalable, souhaitent en partir lorsqu'ils ont acquis l'ancienneté suffisante, ce qui pose le problème de la stabilité des équipes. Les familles, en particulier des classes moyennes, souhaitent généralement orienter leurs enfants vers des établissements non ZEP. Or, l'assouplissement de la carte scolaire le leur a permis, modifiant souvent l'équilibre des classes des établissements ZEP. Par ailleurs, l'évaluation portée sur les ZEP montre que le dispositif n'a eu quasiment aucun impact sur la scolarité des élèves de ces établissements. La création du dispositif CLAIR puis ECLAIR (par adjonction des écoles primaires) se veut moins onéreux, dans la mesure où il n'existe plus de moyens dédiés automatiquement. Ce "label" permet seulement de négocier des moyens sur contrat d'objectif. Or, si on peut être inefficace avec des moyens (le cas des ZEP l'a montré dans sa globalité), peut-on être efficace sans moyen ? Il est permis de douter d'un tel sophisme. En outre, les établissements concernés continueront d'être stigmatisés. La seule avancée consiste surtout à reconnaître que le problème concerne aussi (et du reste sans doute avant tout en réalité) les écoles primaires.

modem_91_blog_vote

Les élections au Conseil départemental (selon la répartition des sièges indiquée dans le procès-verbal) et à la Présidence du Mouvement départemental de l'Essonne ont été validées par le Comité de Conciliation et de Contrôle nationale du MoDem.

Marc Fesneau, Secrétaire Général du Mouvement Démocrate, présente ses félicitations à Serge Gaubier pour son élection comme président du MoDem 91.

modem_91_blog_sergeSerge Gaubier est élu Président du Mouvement départemental au deuxième tour, avec 50,9 % des suffrages exprimés.

Toutes nos félicitations au nouveau président du Mouvement Démocrate de l’Essonne !

modem_91_blog_vote_CNChers Amis,

Aujourd'hui s'est ouverte la période de vote (du 14 au 24 juin) pour élire les futurs membres du Conseil National.

Le Conseil national est le parlement du Mouvement Démocrate. Il est composé des adhérents (180 membres élus), des présidents des mouvements départementaux et des Français de l'étranger, des représentants des élus (60 membres) et des membres du bureau exécutif national. Il contrôle le bureau exécutif avec un droit de proposition et d'audition de ce dernier. Dix adhérents peuvent saisir le Conseil national pour tout sujet intéressant la vie politique. (Extrait des statuts du Mouvement Démocrate).

De nombreux essonniens sont présents sur certaines de ces listes que je vous laisse découvrir avec les liens suivants :

modem_91_blog_vote

Les résultats des élections internes du Mouvement Démocrate de l’Essonne du dimanche 29 mai 2011 sont les suivants :

Élection pour la présidence :

  • Mme Daphné Ract-Madoux : 49,2 %
  • M Serge Gaubier : 46,8 %
  • M Christophe Bedon : 4 %

Un deuxième tour sera nécessaire pour départager Mme Ract-Madoux et M Serge Gaubier et qui aura lieu le jeudi 9 juin de 18h30 à 23h30, et non plus le dimanche 5 juin de 9h à 13h, dans des lieux qui vous seront communiqués ultérieurement.

Élection du conseil départemental :

  • La liste "Ensemble pour l'Essonne", présentée par Daphné Ract-Madoux a obtenu 51,6 %
  • La liste "Union démocratique pour l'Essonne" présentée par Serge Gaubier a obtenu 48,4%

La répartition des sièges à la proportionnelle donne

- 20 sièges à la liste "Ensemble pour l'Essonne"

- 19 sièges à la liste "Union démocratique pour l'Essonne"

Félicitations pour les 39 membres élus du Conseil départemental du Mouvement Démocrate de l’Essonne !   La liste complète des membres du conseil départemental vous sera communiquée lorsqu’elle sera complétée par des membres de droit.

Un grand merci pour les militants qui ont aidé à l’organisation de ce premier tour des élections internes et tenu les bureaux de vote.

Jean-Paul Mordefroid et Alain Vilmeur