MoDem 91
Le blog
Bouton-Congres-2010 Le Congrès statutaire du Mouvement Démocrate du 12 décembre se tiendra cette année à Paris.

Nous vous donnons rendez-vous dimanche 12 décembre à l'hôtel MARRIOTT, 17 boulevard Saint-Jacques, 75014 PARIS.

L'accueil sera ouvert à partir de 08h30, les travaux débuteront à 10h00 précises.

Inscrivez-vous dès à présent !

Très amicalement,

L'équipe du Mouvement Démocrate

 

INSCRIPTION OBLIGATOIRE :


- En ligne : "JE M'INSCRIS EN LIGNE"

OU

- Bulletin papier : "JE TÉLÉCHARGE LE BULLETIN PAPIER"



INFORMATIONS PRATIQUES :


DIMANCHE 12 DÉCEMBRE 2010 de 10H00 à 17H00

(Accueil des participants à partir de 08h30)

HÔTEL MARRIOTT - 17 BOULEVARD SAINT-JACQUES, 75014 PARIS

MÉTRO : SAINT-JACQUES, LIGNE 6

DEPUIS UNE GARE :

-Gare du Nord/Gare de l'Est : Prendre la ligne 4, descendre à Montparnasse, puis prendre la ligne 6, descendre à Saint-Jacques

-Gare de Lyon : Prendre la ligne 14, descendre à Bercy, puis prendre la ligne 6, descendre à Saint-Jacques

-Gare Saint-Lazare : Prendre la ligne 12, descendre à Montparnasse, puis prendre la ligne 6, descendre à Saint-Jacques

-Gare Montparnasse : Prendre la ligne 6, descendre à Saint-Jacques

 



DEPUIS LES AÉROPORTS :

-Aéroport Roissy/Charles-de-Gaulle : Taxi tarif 35 euros ou prendre le "Orly Bus", arrêt Montsouris-Tombe d'Issoire

-Aéroport d'Orly : Taxi tarif 30 euros ou prendre le RER B, arrêt Denfert-Rochereau



NOUS CONTACTER :

 


Tel : 01 53 59 20 18 ou 20 21

Mail :

 



DÉJEUNER :


Le déjeuner est libre.

Il est toutefois possible de participer au déjeuner organisé sur place et en présence des responsables politiques (Inscription obligatoire : 35 euros).

 



HÉBERGEMENT :


Pour ceux d'entre vous qui arrivent la veille, le MARRIOTT propose des tarifs préférentiels.

Pour en bénéficier, il vous suffit de téléphoner au 01.40.79.78.80 et de préciser que vous êtes congressiste du Mouvement Démocrate.

De même, de nombreux hôtels de catégories diverses se trouvent à proximité du lieu du Congrès.



COMMENT S'Y RENDRE :

 

serge_gaubierLes politiques menées ces dernières décennies dans l’Essonne n’ont pas été à la hauteur des attentes et des besoins de nos concitoyens. Cette terre centriste souffre du fractionnement des élus qui s’en réclament en une multitude de courants divergents qui restreint l’offre politique au bipartisme UMP/PS et contraint nombre d’Essonniens à s’abstenir lors des divers scrutins.

A la veille des prochaines échéances cantonales et sénatoriales, les esprits s’agitent dans les états-majors politiques. Ceux du Mouvement Démocrate n’échappent pas à la règle. Nous nous devons en Essonne de répondre aux seuls intérêts de la population de notre territoire en manque d’une alternative crédible.

Le paysage politique de notre département est orphelin des idées démocratiques et des valeurs du MoDem, nous avons par conséquent l’obligation morale de reconstituer une force de propositions à partir d’une plate forme de grands thèmes fédérateurs pour porter une offre politique qui donnera envie aux Essonniens d’aller voter. Nous nous devons de faire front ensemble face aux grands partis hégémoniques et continuer à refuser d’être traités en supplétifs ou en parti d’appoint.

Pour cela, nous devons œuvrer à la mobilisation des forces démocrates et des centristes locaux dans le respect de nos valeurs communes qui sont bien plus importantes que celles sur lesquelles nous divergeons.

La campagne électorale pour les cantonales doit être le signal, localement, du regroupement de tous ceux qui se reconnaissent dans ces valeurs pour permettre l’élection de conseillers généraux et d’un sénateur issues de nos rangs.

Le Modem, par ce rassemblement, se doit d’exister par des élus indépendants dans l’espace politique qui pourront s’exprimer et défendre les projets structurants et sociaux de notre département.

Le Mouvement Démocrate de l’Essonne œuvrera sincèrement pour réussir cette union des forces démocrates et répondre ainsi à l’aspiration de nos nombreux concitoyens qui ne veulent plus être otage des dogmatismes de la droite et de la gauche.

Serge GAUBIER
Vice-président du Mouvement démocrate 91

Jean-Jacques Jégou, membre du Shadow Cabinet, responsable du Budget, des comptes publics, et de la lutte contre les déficits du Mouvement démocrate, rappelle que le MoDem et François Bayrou réclament depuis déjà plusieurs années une grande réforme fiscale, pour rendre moins complexe et plus juste notre système fiscal.

Depuis sa création en 2006 par Dominique de Villepin, François Bayrou dénonce l'injustice du bouclier fiscal, injustice enfin reconnue aujourd'hui par le ministre du budget François Baroin. "Qu'un ministre parle de sa suppression, c'est une véritable révolution" a estimé Jean-Jacques Jégou, alors que le gouvernement défendait contre vents et marées ce dispositif qui était devenu un véritable dogme présidentiel. "Le président de la République jurait, il n'y a pas si longtemps encore, que jamais il n'y toucherait", rappelle le sénateur du Val-de-Marne.

Le sénateur du Val-de-Marne, maire du Plessis-Trévise, rappelle que si le Mouvement Démocrate est favorable à la suppression du bouclier fiscal, à la refonte de l'ISF pour le transformer en un véritable impôt sur le patrimoine, et à la création d'une nouvelle tranche d'impôt sur le revenu pour les plus hauts revenus, il estime qu'une vraie réforme fiscale ne peut se limiter à ces seuls aspects.

 


Une véritable réforme fiscale nécessite au préalable une remise à plat de l'ensemble de notre système fiscal, un large débat avec les Français et une large concertation" a conclu le vice-président de la Commission des finances. Elle ne peut pas se faire la va-vite, à l'occasion d'une loi de finances rectificatives à six mois du débat présidentiel, car elle se traduira par une fausse réforme, une réforme d'affichage politique.

feux_russieLes incendies en Russie ont ravagé nombre d’hectares de champs de blé incitant les dirigeants du Kremlin à mettre en place un embargo sur les exportations.

Rien de bien étrange à cette réaction qui ne devrait pas avoir de conséquences majeures sur l’économie agricole mondiale, le niveau des silos à grains à travers la planète n’ayant jamais été aussi élevé.

Pourtant à quoi est-on entrain d’assister ?

À une flambée des prix sur le marché, une hausse des cours du blé dépassant les 60% alors même que rien ne la justifie !

Rien, à part l’appétit aiguisé des prédateurs de fonds d’investissement gérés par les grandes banques occidentales qui envoient un message alarmant sur la possibilité d’une pénurie, spéculent et font monter artificiellement les prix des céréales.

Les conséquences pour le citoyen lambda risquent d’être d’importance puisque le prix d’achat de ces dernières augmentant (pas seulement celui du blé, le maïs ou l’orge par phénomène de ricochet aussi), les éleveurs payent plus cher pour l’alimentation de leurs bétail et les prix de la viandes et de la volaille risquent d’augmenter sérieusement d’ici la rentrée en plus de ceux du pain!

modem_91_blogBeaucoup se lamentent sur l'impossibilité actuelle pour le MoDem de trouver sa place dans le paysage politique actuel : à gauche, à droite, au centre. Et d'aucuns d'inviter à une auto-flagellation et à une remise en cause des orientations passées.

Une observation attentive du paysage médiatico-politique actuel conduit cependant à montrer que le clivage droite/gauche est très fortement altéré et ne constitue plus autant qu'avant une ligne de frontière impénétrable ni une fracture idéologique ou politique très affirmée. Le Mouvement démocrate a revendiqué à sa création une position "centrale" au sein de la vie politique française, héritière peu ou prou du centrisme, s'est inspiré du modèle anglo-saxon et a même songé un temps même à se nommer Parti démocrate. Le positionnement de François Bayrou a été, lors de la Présidentielle, celui de l'indépendance. Cette indépendance par rapport aux deux camps est exigeante et difficile à mettre en œuvre, notamment dans les élections locales. Ainsi, les alliances au cas par cas lors des Municipales ont été peu comprises par l’opinion. Puis, les grandes formations politiques "installées" ont provoqué l'isolement de notre mouvement, cependant qu'Europe Ecologie incarnait cette 3e voie, cette "voie nouvelle" que François Bayrou avait tracée.

Aujourd'hui, le Centre même est l'objet de revendications multiples et subit une forme de balkanisation : Parti radical valoisien renaissant sous l'égide d'un ministre médiatique, Nouveau Centre formé par les anciens compagnons de F. Bayrou ralliés au sarkozysme, Alliance centriste conduite par un nostalgique de l'UDF ou parti démocrate chrétien créé sur un domaine que les démocrates chrétiens, dont nous sommes issus, ont laissé un peu en déshérence au nom de la laïcité républicaine.