Formation Europe

Constitution européenne : les raisons d’un échec

Le Non au référendum français a fait l'objet de multiples études de politologues.

Deux thèses s'affrontent :

  • Certains défendent l'idée que le NON n'est que le résultat d'un contexte national difficile (Premier Ministre contesté, tensions sociales, etc...).
  • D'autres au contraire, notent que le référendum a profondément passionné les Français qui se sont largement documentés sur la question européenne. Il s'agirait donc un vote pleinement motivé.

La plupart des enquêtes sociologiques montrent en outre, la grande diversité des profils sociologiques des votes du OUI et du NON. Ainsi on retrouve le NON des eurosceptiques, mais aussi un NON pro-européen.