Formation Europe

 

Libertés, justice et sécurité : des enjeux européens

L'Union a donné aux citoyens le droit de circuler librement entre les Etats membres. Mais des mesures de sécurité compensatoires s'imposent depuis les accords de Schengen en 1985 (suppression des contrôles pour les passages des frontières, politique commune en matière de visas).

L'Union européenne a pris plusieurs mesures pour lutter contre l'immigration clandestine, ainsi que pour combattre les trafics internationaux (prostitution, armes, drogue, trafic d'organes, blanchiment d'argent...). Ainsi, le SIS (Système d'information Schengen) a été mis en place. C'est une base de données accessible par l'ensemble de la plupart des polices des Etats membres. En outre, les informations sont partagées entre les pays.

Cette coopération européenne de lutte contre les trafics a abouti à la création d'Europol, qui facilite la coopération entre les polices des Etats membres. L'Europol dispose d'un siège à La Haye, et de fonctionnaires de police et des douanes.

En parallèle du renforcement des politiques de sécurité, la justice européenne connaît un essor considérable. Chaque pays a gardé sa propre organisation judiciaire. Mais Eurojust est une structure centrale de coordination, basée à la Haye. Son rôle est de faciliter la coordination des enquêtes entre les différents pays.

Depuis 2004, un mandat d'arrêt européen est applicable. Grâce au renforcement de la coopération entre les pays européens, l'application de décisions judiciaires en matière de droit civil est facilitée (divorces, gardes d'enfants, faillites, recouvrement de dettes...).