Communiqués de presse
modem_91_presseLa parole politique perd chaque jour de sa valeur et l'adage "Les promesses n'engagent que ceux qui y croient" devient toujours davantage un principe de gouvernement. Ainsi Nicolas Sarkozy s'était-il engagé à ne fermer aucune classe dans le 1er degré à la rentrée. Cette promesse n'était donc que pure rhétorique.

Dans l'Essonne, les parents d'élèves en font la dure expérience face à dix-sept classes fermées et au refus d'en ouvrir treize ailleurs. Leur désarroi prend des allures de désespoir en allant jusqu'à bloquer des écoles comme à Chilly-Mazarin ou à Lisse. Le pouvoir actuel sème le vent de la révolte en sacrifiant ainsi l'éducation de nos enfants. Le mépris affiché à l'égard des écoles maternelles n'était donc pas feint. Il cachait une incompréhension majeure des enjeux de la scolarité obligatoire d'aujourd'hui.

Arrêtons de répéter que l'éducation n'est pas une question de moyens comme si un président ou un ministre aurait l'intuition géniale, la baguette magique pédagogique permettant de résoudre tous les problèmes avec peu d'argent, peu de moyens, peu d'enseignants et de personnels éducatifs. Ne nous laissons plus leurrer par des illusionnistes qui se prétendent magiciens. La baisse de la démocratisation coïncide avec celles des moyens amorcés depuis 1991.

Les enfants des familles les plus modestes accèdent de moins en moins à l'enseignement supérieur et le niveau général baisse de façon drastique.

Il faut arrêter cette hémorragie !

Comme ne cesse de le répéter François Bayrou il faut sanctuariser les moyens accordés à l'éducation, retrouver le "meilleur système éducatif du monde". Pour cela, nous le savons, tout commence en maternelle !

L'urgence ce sont ces 20 % d'élèves sortant de CM2 sans savoir correctement lire, écrire ou compter. Et ce n'est pas en fermant des classes ou en supprimant des emplois de professeurs que nous y parviendrons !

Depuis 2007, le Mouvement démocrate ne cesse de soutenir le travail difficile de l'éducation nationale. Aujourd'hui, nous sommes dans un état d'urgence. Le MoDem 91 apporte son soutien à la mobilisation des parents et appelle le gouvernement à revenir sur ces mesures dommageables à l'avenir de notre nation.

  • Aucun commentaire sur cet article.

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères